Accueil / Culture / Accident tragique de musiciens de Saint-Louis : un mort et plusieurs blessés au retour du FESNAC

Accident tragique de musiciens de Saint-Louis : un mort et plusieurs blessés au retour du FESNAC

Un convoi de musiciens de Saint-Louis qui prenait part à la 10 e édition du FESNAC à LOUGA, a fait accident, hier nuit, au virage de RAO. Onze (11) blessés dont quatre (4) braves et sept (7) légers ont été enregistrés après une collision d’un particulier et d’un véhicule 7 places qui transportaient les artistes. Il s’agit, entre autres, du bassiste, du chanteur (Ndery DIOU) et du batteur de l’orchestre.  Ces derniers ont été évacués au centre hospitalier régional de Saint-Louis. L’une des victimes, le grand artiste Khabane THIAM, directoire du groupe, a perdu la vie des suites de ses blessures.

Une onde de choc se dissipe dans la ville

Joint par Ndarinfo.com, Moustaph Ndiaye, le directeur du centre culturel régional, pleure la perte d’un homme d’une gentillesse hors pair ». « Il était un généreux, un calme et discret », a-t-il témoigné à l’endroit de l’époux de la plasticienne Soukeina Khalil  à qui nous présentons toute notre compassion.

Décès de Khabane, la perte d’une icône du jazz

Son histoire avec le jazz remonte à très longtemps et khabane actuel membre du quartet Ndar afro jazz se souvient de l’environnement dans lequel il a baigné à son jeune âge. ‘’Jadis a toujours été une ville fortement imprégnée de jazz et nous voyions nos ainés jouer des instruments comme la contrebasse qu’on ne voit plus d’ailleurs dans cette ville’’, se rappelait Khabane qui avait commencé très tôt à taquiner le piano.

‘’J’ai commencé la musique très jeune et je partageais mon premier orchestre avec Kabou Gueye qui a joué après avec Youssou Ndour et qui est maintenant dans la production’’, avouait l’un des fondateurs du Festival de Jazz de Saint-Louis dans un entretien avec Ndarinfo.

Khabane a fait une formation à l’Ecole normale ù il est sorti major avant d’être envoyé au Conservatoire de Versailles dans le cadre de la formation pour la relève de l’assistance technique. ‘’Malheureusement à mon retour je peinais à intégrer les structures étatiques et je suis rentré à Dakar pour faire ce que je sais faire le plus jouer du jazz’’, disait-il aujourd’hui. En fait, il se désole d’avoir eu des diplômes qui faisaient peur en cette période, dit-il un brin taquin se demandant même pourquoi avoir pris la décision de rentrer. Mais cela est du passé et notre virtuose s’épanouit parfaitement à Saint-Louis.

Source : ndarinfo.com

About Diouf Babacar

Voir aussi

«Y'en a marre» lance la «télé de la rue»

Share this on WhatsApp Au Sénégal, le mouvement citoyen « Y’en a marre » vient …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)