, ,

AÏD ET MAGAL DES ’’DEUX RAKAAS’’ : LA VILLE DE SAINT-LOUIS EN PLEINE EFFERVESCENCE

 La ville de Saint-Louis termine la semaine en pleine effervescence, en raison des préparatifs de la fête de l’Aïd-el-fitr, commémorée vendredi et samedi, en attendant “la prière des deux rakaas’’, une manifestation annuelle prévue mardi, en souvenir d’un passage du fondateur du mouridisme dans l’ancienne capitale de l’Afrique occidentale française, le 5 septembre 1895. Le magal des ’’deux rakaas’’ commémore la prière effectuée par Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké dans l’enceinte du palais du gouverneur de l’Afrique occidentale française (AOF), où il était venu répondre à une convocation. Un épisode commémoré par le mouridisme, une des principales confréries musulmanes sénégalaises, comme un moment important de la résistance pacifique de son fondateur au colonisateur.
En perspective de ces deux évènements, les grandes artères de la ville grouillent du monde, avec des embouteillages monstres dans certains quartiers comme Sor, Gokhou Mbathie et Guet Ndar. Contrairement à certaines craintes exprimées ça et là, les foirails de Saint-Louis sont remplis de moutons, à quelques heures de la fête de Tabaski, des béliers de toutes les tailles et à la portée de toutes les bourses, cédés à 50.000 francs CFA pour les plus modestes, jusqu’à 500.000 FCA ou plus s’agissant des moutons de race appelés ’’laadoum’’. Les marchés saint-louisiens sont de même assaillis par des ménagères venues faire leurs courses pour la fête et s’approvisionner en denrées alimentaires de manière générale, avec la fin du mois. Le chef du service régional du commerce avait assuré que le marché sera bien approvisionné en oignon et en pommes de terre notamment, à des “prix raisonnables”, tablant sur la levée du gel de l’importation de ces produits. Si les préparatifs de la fête de Tabaski semblent la priorité des ménages, en raison d’une conjoncture rendue encore plus difficile par les nombreuses dépenses alimentaires et d’habillement habituelles en période de fête, le magal des ’’deux rakaas’’ ne passe pas non plus au second plan.
Les populations de Saint-Louis sont généralement très imprégnés de la “portée historique et religieuse’’ du magal des “deux rakaas”, rappelée par le président du comité d’organisation de cet évènement, Ameth Fall, à l’occasion d’un comité régional de développement (CRD) tenu récemment dans la capitale du nord. Cet épisode historique a selon lui contribué à “allumer devant les colonisateurs la flamme de l’islam qui brillera toujours et ne s’éteindra jamais”, une idée que les fidèles entendent toujours très bien et qui peut expliquer leur grande adhésion au magal des ’’deux rakaas’’. Selon le programme annoncé par les organisateurs, la prière des “deux rakaas” sera dirigée par Serigne Mame Mor Mbacké, le mardi 5 septembre, entre 16 heures 50 mn et 17 heures 15 mn, à la place du magal, dans l’enceinte de la gouvernance, en présence de plusieurs autorités religieuses, administratives et coutumières. D’autres places de prière seront également aménagées à travers les artères principales de la ville, dans les quartiers du nord et sud de l’ile de Saint-Louis, ainsi qu’à la place Point-à-Pitre, à Guet Ndar, Ndar Toute, à la descente du Pont, sur l’avenue Charles de Gaulle et sur la route de Dakar, ajoute un document du “Kurel”, l’instance regroupant les membres de l’organisation.
Source : APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

LES MÉDICAMENTS DE LA RUE : A qui profite le MAL ?

L’AID-EL-KÉBIR CÉLÉBRÉE PAR CERTAINES OBÉDIENCES, LA PLUPART DES FIDÈLES ATTENDENT SAMEDI