A la une Actualités

Amnesty va attaquer l’arrêté Ousmane Ngom devant la Cour suprême

Amnesty International va en guerre contre l’arrêté Ousmane Ngom, qui interdit les manifestations entre l’avenue Malick Sy et le Cap Manuel. Un texte qui a poussé le préfet de Dakar à interdire la manifestation de l’opposition, mardi, et permis aux forces de l’ordre de la réprimer sévèrement.

« Cet arrêté constitue une violation totale des droits constitutionnels des Sénégalais, déplore Seydi Gassama, le directeur exécutif d’Amnesty Sénégal. C’est la Constitution qui proclame le droit de manifester. Cette liberté est contenue aussi dans beaucoup de traités que le Sénégal a ratifiés. C’est une liberté que la Constitution a garantie. On ne doit restreindre ces libertés que dans des situations exceptionnelles. »

Gassama estime que « cet arrêté doit être abrogé ». « Au niveau de la Société civile, nous avons mené la réflexion et nous avons chargé nos avocats de mener les recours qu’il faut pour abroger cet arrêté, confie-t-il. Très bientôt nous allons saisir la juridiction compétente avec tous les arguments de droit qu’il faut pour obtenir l’abrogation de cet arrêté. Si la Cour suprême est courageuse et dit le droit, nous obtiendrons son abrogation. D’ici à la semaine prochaine, au plus tard, nous allons saisir la Cour suprême. »

Seneweb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)