jeudi , octobre 18 2018
Accueil / Culture / Ce professeur vient de créer le tout premier calendrier 100% sénégalais

Ce professeur vient de créer le tout premier calendrier 100% sénégalais

Docteur en philosophie de l’art et Directeur de l’Institut Supérieur des Arts et de la Culture (ISAC), le professeur Babacar Mbaye Diop a récemment créé le tout premier calendrier 100% sénégalais. Celui-ci ne contient que des noms représentatifs des diverses ethnies composant le pays de la Teranga.

Tout commence en 2006. Cette année-là, le professeur Babacar Mbaye Diop et son épouse accueillent leur deuxième enfant, une petite fille. Las de se plier à la coutume sénégalaise qui veut que les nouveaux-nés portent le nom d’un membre de la famille, d’un ami proche ou d’une personnalité religieuse (musulmane ou chrétienne le plus souvent), ils décident de donner un nom typiquement africain à leur fille, sans connotation religieuse ni homonymie complaisante. Ainsi, l’enfant s’appelle Ndiambo Ayana et porte donc deux prénoms, respectivement d’origines sérère et swahili.

Cette anecdote familiale eu vite fait de se convertir en projet de recherche. Ainsi, plutôt que de rédiger un article scientifique –qui aurait probablement pris la poussière dans une bibliothèque et profité à une petite portion de la population, le professeur de philosophie à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) a décidé de créer un calendrier gratuit et uniquement composé de prénoms issus des différentes ethnies présentes au Sénégal, notamment les Wolofs, les Peuls, les Séréres, les Manjaques, les Diolas, etc. Sans impulser un rapport confrontationnel entre culture et religion, cette initiative vise à promouvoir et préserver les prénoms africains, une partie intrinsèque de la transmission culturelle à travers les générations.

Au cours des dernières années, le Pr Diop, par ailleurs ancien Directeur de la Biennale des Arts (2012-2014), a pu répertorier plusieurs pépites linguistiques. Par exemple, en wolof, il suffit de rajouter le préfixe Ma à un prénom féminin pour que celui-ci devienne masculin. A titre d’exemple, les prénoms CouraPenda ou Yacine, régulièrement portés par des femmes, se transforment en MacouraMapenda et Mayacine pour les hommes. Autre exercice fréquent, placé devant un nom de famille, le préfixe Ma compose un prénom. Ainsi, DiopCissé ou Ndiaye étant des noms de familles, deviennent MadiopMacissé et Mandiaye.

Seul regret, il n’a jusqu’ici pas pu renseigner les noms de mois et de jours en wolof, sachant que ceux qui sont couramment utilisés sont, en réalité, des adaptations de la langue arabe et font référence à des évènements religieux (Tabaski, Korité, Koor, Tamkharit…). De fait, pour la prochaine impression, prévue en fin avril, le chercheur prévoit de mentionner les mois et jours en pulaar, s’il ne trouve pas les versions en wolof. En effet, il se trouve qu’au Sénégal, les Peuls font partie des quelques ethnies qui ont su préserver l’authenticité de leur langue. Pour lui, si leur influence se fait autant ressentir, c’est certainement parce que les Wolofs ont très tôt été en contact avec l’Occident et l’Orient.

Se réclamant disciple du professeur Cheikh Anta Diop et grand admirateur de l’ancien président Léopold Sédar Senghor, ces deux personnages historiques dépeints comme de farouches adversaires idéologiques, quitte à paraître ambigu, Babacar Mbaye Diop considère que leurs idées atteignaient parfois une phase de convergence. Il fait notamment référence à l’art africain et le rôle primordial de l’Egypte dans l’élaboration de la civilisation humaine. Concernant les autres chantiers culturels qui devraient être soutenus davantage, le chercheur cite le projet Histoire du Sénégal des origines à nos jours, du Pr. Iba Der Thiam, mais aussi la nécessité de diffuser plus de programmes locaux à la télévision et moins de séries hindoues, de telenovelas et de programmes américains.

Soulignant que la force de puissances telles que les Etats-Unis ou la Chine est sans nul doute la culture, il souhaite que les Africains reprennent eux aussi possession de leurs identités et se débarrassent d’un quelconque sentiment d’infériorité. Musulman mais indiquant préférer les noms ceddo (traduit païens, en français), ce spécialiste en arts et culture considère qu’un individu ne peut et ne doit pas se départir d’une partie de lui-même.

La première impression de 1 000 exemplaires ayant été financée par la Direction du patrimoine du ministère sénégalais de la Culture, le professeur Diop est en attente d’un autre financement pour distribuer gratuitement 10 000 autres calendriers, tout particulièrement dans les centres culturels régionaux. En attendant, les recherches et la conscientisation continuent. Dans le futur, Babacar Mbaye Diop souhaite que plus d’enfants puissent porter fièrement des noms qui reflètent leur héritage culturel. Si vous souhaitez vous procurer le calendrier, vous pouvez vous rendre à l’Institut supérieur des Arts et Cultures (ISAC), situé à l’intérieur du Musée Théodore Monod, à Dakar. Il est gratuit et destiné à être partagé dans un large réseau.

About Diouf Babacar

Voir aussi

14 sept 97-14 sept2018, Dabakh des paroles toujours actuelles

Share this on WhatsApp Il suffit d’écouter son discours à l’enterrement de Lamine Guèye, ou …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)