vendredi , octobre 19 2018
Accueil / A la une / Ce que risque Mike Teiho, le militaire envoyé à Rebeuss

Ce que risque Mike Teiho, le militaire envoyé à Rebeuss

Il a passé sa première nuit à la prison de Rebeuss, le militaire Mike Teiho. Après son face à face ce jeudi 27 septembre 2018 avec le juge d’instruction du 2e cabinet du tribunal de grande instance de Dakar, une inculpation pour «coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de plus de 21 jours» lui a été notifiée. Un mandat de dépôt s’en est suivi, en application des dispositions du Code de procédure pénale sénégalais.

Les portes de la sinistre prison centrale de Rebeuss lui sont ainsi grandement ouvertes.

Après un bref passage à la cave du tribunal de Dakar, le voilà embarquer dans un car de l’administration pénitentiaire en direction de «100 m2», l’autre appellation de la très redoutée prison centrale de Dakar.

Formellement identifié comme étant celui qui a porté au jeune Oumar Watt des coups en lui occasionnant des blessures jusqu’à le plonger dans un coma profond, le militaire français n’avait aucune échappatoire. Les dispositions du Code pénal Sénégalais sont claires. Une personne est responsable de toutes les conséquences de son acte, y compris de celles qu’il n’a pas souhaité dès lors qu’il a eu la volonté, dès le départ, de commettre un acte violent.

Fouille corporelle obligatoire

Devant le portail principal, le bus s’est arrêté. Mike et ses autres camarades d’infortune sont descendus. En file indienne, ils sont conduits au «chemin de ronde», ce long couloir qui borde le très élevé mur de clôture de la prison.

Là, il a subi une fouille corporelle, comme ses autres codétenus fraichement envoyés en prison ou qui ont eu un contact avec le monde extérieur. C’est une exigence du règlement intérieur des 37 prisons que compte le Sénégal.

Il a ensuite été mis à la disposition du «chef de cour», le patron de la «Détention», compartiment de la prison (par opposition à la cour administrative) où sont établies les cellules. C’est cet officier de l’administration pénitentiaire qui est le seul habilité à affecter un détenu dans une cellule.

Pensionnaire du secteur des «Vip»

Mais Mike Teiho a eu de la veine. Il a atterri dans le secteur des «Vip», le secteur le plus correct de la prison, là où est incarcéré Barthélémy Dias, notent des sources de IGFM

Le temps de l’instruction, dont la durée n’est pas définie par la loi, il vivra là-bas, loin de sa caserne et ses frères d’arme. Le temps de regretter amèrement son geste.

Et si sa culpabilité est retenue plus tard par la justice, il risque alors de durer en prison.

L’article 294 du Code pénal Sénégalais dispose, en effet, que «tout individu qui, volontairement, aura fait des blessures ou porté des coups ou commis toute autre violence ou voie de fait sera puni d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende de 20.000 à 250.000 francs».

Et si par malheur, la santé d’Oumar Watt, le jeune homme qu’il a tabassé, se détériore ou qu’il ne se réveille plus (nous ne le souhaitons pas), son cas s’aggravera.

On en n’est pas encore là…

IGFM

About hamet Guèye

Voir aussi

Parcelles Assainies : Un Baye Fall retrouvé mort et pendu dans sa chambre

Share this on WhatsApp Les populations de l’Unité 24 des Parcelles Assainies se sont réveillées …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)