International

Comment la Chine CONQUIERT l’Afrique

Les Chinois viennent encore de montrer qu’ils n’avaient pas d’égal en matière d’organisation de forums. Les dirigeants de pratiquement toute l’Afrique (plus de 50 États) se sont rendus à Pékin pour participer à la nouvelle édition du Forum de coopération entre l’Afrique et la Chine les 3 et 4 septembre.

Tout forum est une fête des statistiques qu’il est difficile de recueillir en temps normal, écrit lundi le quotidien Kommersant. Depuis longtemps, les médias africains «font l’appel» des ambassadeurs chinois dans différents pays d’Afrique en énumérant tous les exploits de la Chine en matière de développement global du continent. Et le palmarès de Pékin est plus qu’impressionnant. En voici quelques exemples.A Djibouti, petit pays de la corne de l’Afrique, s’est ouverte une zone de libre-échange internationale en juillet — soit 48 km² d’usines, de commerce au détail sans taxes, d’entrepôts et de banques. Au Ghana, la spécialité de Pékin est l’éducation. Actuellement, 6.500 étudiants ghanéens de différents niveaux suivent leurs études en Chine — ce qui est plus que tous les autres pays du continent réunis — dont 1.076 grâce à une bourse du gouvernement chinois. Dans le pays même, la Chine crée actuellement un secteur éducatif chapeauté par plusieurs universités.

En Guinée, la situation est différente. Les Chinois y étaient initialement venus pour lutter contre l’épidémie d’Ebola en 20142015. Il ne s’agissait pas seulement de l’envoi de médicaments et d’une aide: des médecins et d’autres spécialistes chinois travaillaient au péril de leur vie dans ce pays. Puis il s’est avéré que sur 10.000 villages africains où la Chine s’était engagée à installer la télévision par satellite, 333 étaient guinéens. Et puisque la télévision a besoin, entre autres, d’électricité, il semble donc tout naturel que le barrage de Kaléta, près de la capitale Conakry, ait été construit par les Chinois.

Il existe également des centrales chinoises plus grandes, par exemple à Karuma en Ouganda, d’une puissance de 4 milliards de kW par an qui, outre l’électricité, apporte 200 millions de dollars par an au gouvernement et fournit un travail à 6.000 habitants — aidés par quelques spécialistes chinois. Rappelons qu’il y a plus de 50 pays en Afrique, et que dans pratiquement chacun d’eux les Chinois ont mis en place quelque chose. Mais même les cas mentionnés permettent déjà de comprendre la situation globale. Au final, Pékin présente aujourd’hui à son forum des plans de développement à l’échelle continentale. A noter que la Chine apporte constamment son aide à quelqu’un en Afrique, et que tout le système génère un profit pour ceux qui en font partie — Chine y compris.En résumé, la Chine a accordé à l’Afrique 75 milliards de dollars d’aide, et y a investi près de 100 milliards de dollars — plus que qui que ce soit. Dans le même temps, on voit que depuis 2009 déjà le géant asiatique est le principal partenaire des pays d’Afrique dans le domaine commercial. Les échanges sont sur le point de dépasser les 200 milliards de dollars. Grâce aux investissements chinois en Afrique fonctionnent ou se construisent 100 parcs industriels, des voitures, des camions, des frigos, des postes de télévision, etc. En d’autres termes: ce qui pourrait payer les crédits chinois. Le processus va crescendo et se dirige vers l’intégration à une sorte de système global.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)