Accueil / International / CONSTRUCTION EN MER DE CHINE MÉRIDIONALE : Washington y voit des ABRIS pour missiles

CONSTRUCTION EN MER DE CHINE MÉRIDIONALE : Washington y voit des ABRIS pour missiles

La Chine a presque fini de construire deux (2) dizaines de structures sur des îles artificielles en mer de Chine méridionale. Bien que la finalité de ces installations reste toujours à préciser, des responsables américains affirment déjà qu’elles seraient conçues pour stocker des missiles sol-air de longue portée. Le ton monte entre Washington et Pékin: cette fois-ci, ce sont deux (2) dizaines de structures déployées sur des îles artificielles en mer de Chine méridionale qui préoccupent vivement certains responsables américains, qui y voient d’ores et déjà des « abris pour missiles de longue portée ».

Pour rappel, l’Asia Maritime Transparency Initiative (AMTI) a déclaré en décembre que la Chine avait fait installer ce qui semble être des systèmes de défense antiaériens et antimissiles sur les sept (7) îles artificielles qu’elle a fait construire sur des récifs en mer de Chine méridionale. Ce cercle de réflexion avait également dit avoir observé depuis juin la construction de structures hexagonales sur les récifs de Fiery Cross, de Mischief et de Subi, dans l’archipel des Spratleys. La Chine y avait déjà fait construire de longues pistes d’atterrissage. L’administration Trump a qualifié d’illégale la construction par la Chine de ces îles artificielles en mer de Chine méridionale. Ces derniers jours, des responsables américains avaient dit que la construction de bâtiments en béton avec des toits rétractables sur les récifs de Fiery Cross, de Mischief et de Subi pouvait être considérée comme une escalade militaire.

Un porte-parole du Pentagone a déclaré que les États-Unis restaient attachés à une « non-militarisation de la mer de Chine méridionales », exhortant toutes les parties prenantes à agir en conformité avec le droit international. L’ambassade de Chine à Washington n’a pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaire. Lors de sa confirmation par le Sénat le mois dernier, Rex Tillerson avait provoqué la colère de Pékin lorsqu’il a dit qu’il fallait interdire aux Chinois l’accès aux îles qu’ils sont en train de construire.

Le secrétaire d’État a par la suite modéré ses propos et Donald Trump a ensuite cherché à apaiser encore davantage les tensions en déclarant, le 10 février, être attaché au respect du principe de la « Chine unique ». Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, où transitent chaque année 5 000 milliards de dollars de biens. Les Philippines, Bruneï, la Malaisie, Taiwan et le Vietnam contestent ces prétentions.

About Diouf Babacar

Voir aussi

Côte d’Ivoire: au moins dix morts à Abidjan suite à de fortes pluies

Share this on WhatsApp Le bilan communiqué par le GSPM, les sapeurs-pompiers d’Abidjan, est d’au …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)