,

Contribution: Idy est-il le Dieu de Thiès ?

Longtemps Idrissa Seck s’est débiné de bonne heure, abandonnant les thiessois dans des querelles politiciennes inextricables, pour revenir le tronc bombé, certain d’avoir eu raison sur tout le monde. Aujourd’hui, après plus de quinze années de patience stoïque, ces mêmes thiessois sont étonnés par l’indifférence hautaine de leur édile, qui n’accorde aucun respect aux usages traditionnels de réciprocité dans l’honneur : « dello gnoukeul ».

Idy regimbe, n’en faisant qu’à sa tête, mystérieux, hautain et, pour finir, victorieux dans les sondages locaux mais jamais à l’élection suprême. La rupture avec tous les codes de politesse et du respect des électeurs est sa marque de fabrique, son talisman de succès. Aujourd’hui, encore, devenu leader politique fantasmatique, il se fait plus mystérieux et se demande où il a eu faux. Il rechigne à se l’avouer, mais ses actes parlent pour lui : il est obligé de rentrer dans les rangs, au moins dans la forme. Semblable à une divinité agacée au moment de l’olympe, Mara ne pipe pas mot des tracasseries thiessoises dont il demeure l’unique mis en cause. Comme disait un chef religieux averti : « les malheurs de Thiès riment avec les va et vient de Idrissa Seck ».

Ses porte-parole improvisés et autres camériers ont beau se succéder, expliquant les uns après les autres, dans un concert bien huilé, que les claques de l’enfant chéri ne concernent en rien ses ambitions pour Thiès, il faudrait être sourd et aveugle pour ne pas mesurer la dimension de rejet qui se manifeste dans l’indifférence que Idy affiche vis-à-vis des problèmes que connaissent notre ville. Après la crise de la défection des conseillers municipaux à la fin de la première alternance, sa majorité locale est, en cette période, traversée par des joutes politico- administratives, suite au volte-face du Maire Talla Sylla qu’il avait installé gracieusement à la tête de la municipalité. Q’il vente ou qu’il pleuve des braises, Mara garde toujours le cap d’un silence méprisable qui a fini par irriter ses ouailles. Tel Pénélope défaisant sa toile nocturne, il rembobine le fil de ses ambitions, tant chantées, pour la cité du Rail. C’est dire tout simplement que Idrissa Seck est en train d’effacer par les eaux de l’indifférence têtue, tout le bien qu’il avait accompli pour le bien être des thiessois. Ces thiessois qui ont regardé sa pratique politique évoluer du mépris à l’insensibilité la plus totale, sont en train d’ouvrir les yeux.

Idy, qui n’est pas Dieu, doit beaucoup souffrir de n’être pas capable de s’adresser à ses militants et électeurs dans les meilleures formes de respect possibles. La seule façon d’obtenir une transformation durable, ce serait de ré articuler les fonctions éthiques qui sont chez lui déplacées. D’une façon générale, l’homme politique Idrissa Seck, s’il était convaincu lui-même qu’il n’est pas un démiurge encore moins Dieu, il devrait songer à revoir son contrat avec les populations de Diankhène. Gagner la confiance de ses concitoyens hisse à une consécration qui doit être hors du prix de la ruse. Le pouvoir délégué par le peuple souverain, au nom de Dieu, vaut bien une introspection.
thiesinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

SUDMATIN DU 04 AVRIL 2017

Message du Président : Maître Ousmane NGOM se réjouit de la revalorisation totale du Statut du Chef de Village