Dakar-Plateau : elle excise ses 3 filles et se fait arrêter | senegalinfos
mardi , octobre 23 2018
Accueil / A la une / Dakar-Plateau : elle excise ses 3 filles et se fait arrêter

Dakar-Plateau : elle excise ses 3 filles et se fait arrêter

L’épreuve a dû être douloureuse pour les jumelles O. Diallo et A. Diallo, 7 ans et leur cadette, F. Diallo, qui a soufflé ses cinq bougies. Ce mercredi, à la rue Valmy x Grasland, les commentaires sont allés bon train. Tout comme des désapprobations. «Elles ont vraiment souffert», lâche une voisine de la famille qui explique que tout est allé trop vite pour les trois petites filles surprises de voir une dame qu’elles n’ont jamais vue, débarquer dans leur maison en fin de journée. C’était le samedi 22 septembre.

Il était 19 heures lorsque les trois fillettes qui jouaient tranquillement dans la cour sont «happées» par une main ferme et conduites dans une des chambres de la maison. «Elles y ont été entraînées de force», souffle la voisine, les larmes aux yeux. Puis des cris suivis de pleurs alertent les occupants de la maison et les plongent dans une profonde gêne. En effet, la famille Diallo qui pensait avoir agi dans la discrétion, va vite déchanter, lorsqu’un concert de désapprobations emplit les lieux.

Lorsque l’exciseuse quitte enfin les lieux, l’incompréhension et l’effroi se lisent dans les yeux des trois fillettes. Choqués par leurs pleurs, des voisins ont eu le ventre noué. «Il faut faire quelque chose et vite», murmurent-ils, craignant pour la vie des trois fillettes. «Une hémorragie ou une infection peut vite arriver.» C’est alors que l’un d’eux décide d’agir. Sous le couvert de l’anonymat, il alerte les gendarmes de Thiong qui, au bout d’une dizaine de minutes, débarquent à la rue Valmy.

La mère des fillettes identifiée, les gendarmes de Thiong lancent la course contre la montre, après avoir constaté que l’une des trois excisées était dans un état clinique inquiétant. A l’hôpital, elle est la première à être prise en charge par le toubib, en la présence constante des gendarmes. Ses sœurs suivent et des certificats médicaux attestant leur excision sont établis. Face à ses voisins, A. Ndiaye, 36 ans, a expliqué avoir payé «20 000 francs à l’exciseuse et qu’elle était bien informée de l’interdiction de cette pratique». Seulement, elle croyait que rien ne pouvait lui arriver dans cette affaire.

Sur l’identité de l’exciseuse, on souffle que la mère des trois fillettes a été laconique. Elle a juste déclaré à ses voisins l’avoir rencontrée à la Gare Petersen de Dakar. Là-bas, un transport des gendarmes n’a pas permis de localiser l’exciseuse. Ce refus de livrer l’identité de l’exciseuse est également une manière pour A. Ndiaye, de «se protéger contre des représailles», explique un voisin de la famille, selon qui, «généralement, il y a un contrat tacite qui protège l’exciseuse contre toute dénonciation, sinon il y a des risques de représailles ou de bannissement communautaire». Cela, les gendarmes de la brigade de Thiong n’en ont cure. En effet, après la conduite au parquet hier, d’A. Ndiaye, mère des trois fillettes, pour complicité d’excision, une enquête est ouverte pour épingler au plus vite l’exciseuse en cavale.

L’Observateur

About hamet Guèye

Voir aussi

Deux camions de boissons Rani périmées saisis à Mbacké

Share this on WhatsApp Après le démantèlement d’un entrepôt rempli d’huile non comestible, l’équipe du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)