Deux hommes jugés non coupables après 43 ans de prison

Deux hommes condamnés à tort ont enfin été libérés après avoir passé 43 ans derrière les barreaux en Floride pour un meurtre qu’ils n’avaient pas commis.
Il y a des années, un autre suspect avait avoué le crime, mais ce n’est que récemment que Clifford Williams, 76 ans, et Nathan Myers, 61 ans, ont été innocentés dans le meurtre de Jeanette Williams en 1976. NewYork Post rapporte que les deux hommes avaient été condamnés à perpétuité.

Voir l’image sur Twitter
« J’ai perdu près de 43 ans de ma vie que je ne pourrai jamais récupérer, mais je regarde vers l’avenir et je me concentrerai à profiter de ma liberté avec ma famille », a déclaré Myers.

L’oncle et le neveu ont été libérés après que l’unité de l’intégrité des condamnations du procureur général de l’État a examiné l’affaire.

Deux hommes libérés après 43 ans de prison pour un meurtre qu’ils n’ont jamais commis (photos)

Le dossier initial contre les deux hommes s’appuyait fortement sur le témoignage de Nina Marshall mais sa version des faits a changé au fil des ans.

La décision d’annulation faisait suite à un rapport de 77 pages détaillant les témoignages d’un autre homme, Nathaniel Lawson, aujourd’hui décédé, qui avait admis avoir commis ce meurtre.

« Lorsque nous avons l’occasion de corriger des erreurs, nous devrions le faire », a déclaré le procureur Melissa Nelson.

Maintenant libre, H. Myers a admis : « Je suis nerveux, vous savez, parce que j’ai l’impression d’être encore enfermé », rapporte TheDailyMail.

Deux hommes libérés après 43 ans de prison pour un meurtre qu’ils n’ont jamais commis (photos)

« Une fois que je serai avec ma famille et que je pourrai regarder en arrière et qu’aucun officier ne me dira quoi faire et comment le faire, alors la réalité me frappera, je pense que je vais aller mieux.

Les hommes recevront chacun une indemnité qui pourrait varier entre 44 600 et 1,79 millions € (entre 50 000 et 2 millions $ US) des tribunaux. Pas grand-chose en échange d’une vie passée derrière les barreaux.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*