,

Distribution de produits de santé : « les autres pays africains doivent imiter le Sénégal »

Les pays africains doivent imiter le Sénégal, en passe d’être le premier pays en voie de développement à instaurer un système efficace d’approvisionnement des produits de santé avec la stratégie « Yeksina », estime Perri Sutton, chargée de programme en planification familiale à la Fondation Bill et Mélinda Gates.

« Le ministre de la Santé et de l’Action sociale a travaillé avec tous les programmes de santé pour voir comment assurer la disponibilité des produits de tous les programmes jusqu’aux points de prestation de service (PPS) », a-t-elle souligné dans un entretien accordé à l’APS.

En visite au Sénégal dans le cadre du financement du nouveau plan de planification familiale, elle a indiqué que la stratégie ‘’Yeksi na’’, soutenue par la Fondation Bill et Mélinda Gates, est un nouveau schéma de distribution ‘’très innovant’’, dans la mesure où il fait appel au partenariat public-privé.

« Avec ce programme, assure-t-elle, il n’y aura plus besoin de ressources externes pour gérer un système efficace d’approvisionnement et cela est une bonne vision du Sénégal qui est à saluer. »
A l’en croire, le Sénégal affiche un « fort leadership » dans la région africaine et est un exemple à suivre, avec une économie qui est en train de croître et des politiques conçues pour le développement du pays.

« D’ailleurs, ce nouveau schéma de distribution est à inscrire dans les orientations stratégiques du Plan Sénégal Emergent (PSE), qui est un référentiel pour l’émergence », a-t-elle plaidé.
En effet, avec ce projet, la Pharmacie nationale d’approvisionnement contractualise avec des opérateurs privés qui parcourent l’ensemble du pays pour distribuer les médicaments dans les structures sanitaire publiques.

Ce sont des médicaments génériques essentiels qui sont inscrits sur la liste nationale de médicaments essentiels et qui sont destinés seulement aux structures publiques.
Jusqu’en 2012, les produits contraceptifs étaient disponibles au niveau central, mais restaient inaccessibles aux femmes habitant dans certaines zones éloignées du pays. En conséquence : le taux de prévalence contraceptive demeurait assez faible, avec des besoins non satisfaits évalués à plus de 30%.

A ce propos, IntraHealth international a initié le projet IPM pour éviter les ruptures de stock de produits contraceptifs, avec l’appui technique et financier de la Fondation Bill Gates et Merck for mothers. Cela a permis, durant cette phase, d’augmenter la consommation des produits contraceptifs à hauteur de 38%.

Informed Push Model a réussi l’expérience de la distribution de produits contraceptifs jusqu’au niveau périphérique pour éliminer les ruptures de stocks.
Le Sénégal est aujourd’hui en train d’expérimenter l’intégration des médicaments et produits essentiels de tous les programmes de santé avec pour objectif de se rapprocher davantage des populations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

La Cedeao tourne la page Jammeh.

Ligue 1: Nice conforte sa place de leader, Balotelli carbure fort