ELECTIONS EN RDC : La RDC privée d’internet et de RFI

boulevard_du_30_juin_kinshasa_RDC

L’opposition et la société civile congolaise dénoncent le retrait de l’accréditation de la correspondante de RFI à Kinshasa et le brouillage des émetteurs de RFI dans tout le pays. Cette situation à laquelle s’ajoute la coupure d’internet prive la population d’informations impartiales, avant ce que certains dénoncent déjà comme un « hold-up électoral ».
RFI regrette le retrait de son accréditation et demande l’annulation de cette mesure. Radio France Internationale rappelle qu’elle respecte et qu’elle a respecté sur ses antennes les textes en vigueur et n’a donné, contrairement à ce qui lui est reproché aucun résultat des scrutins de dimanche. Pour sa part, RFI ne diffusera que les résultats proclamés par la Céni, conformément à la réglementation.

RFI déplore la coupure de la quasi-totalité de ses émetteurs en RDC depuis mardi. Les coupures ont commencé par la capitale Kinshasa, avant que les autres relais FM de notre radio soient également coupés à Goma, Bukavu, Kisangani, Lubumbashi, Mbandaka, Matadi et Mbuji Mayi. RFI demande le rétablissement de sa diffusion sur le territoire congolais.

Pour Jean-Pierre Bemba, ancien vice-président congolais et leader de la coalition Lamuka, si RFI est particulièrement visée, c’est parce que la radio mondiale a fait son travail, quand beaucoup d’autres au sein de la communauté internationale et notamment les Nations unies, se sont tus sur des irrégularités et des dysfonctionnements tout au long du processus électoral.
« C’est un coup très dur, un manque pour la population, et elle va le sentir malheureusement. RFI est quand même une des radios principales qui donnent l’information sur ce qui se passe au niveau du pays et notamment des élections »
Le retrait de l’accréditation de Florence Morice, correspondante de RFI à Kinshasa, ainsi que le brouillage des émetteurs de la radio en RDC, arrivent dans un contexte plus général de fermeture de la communication dans le pays. Dès lundi, les autorités ont fait couper l’accès à internet et aux réseaux sociaux pour une durée indéterminée. La circulation des SMS a également été interrompue.

L’un des porte-parole du FCC, la coalition au pouvoir, Kikaya Bin Karubi, a expliqué que ces mesures avaient été prises pour éviter un « soulèvement populaire ». Pour autant, le Front commun pour le Congo « regrette la coupure d’internet » et en appelle aux autorités compétentes « à se montrer souples en procédant rapidement au rétablissement sur toute l’étendue du pays de ce support de communication ».

La coalition Lamuka autour du candidat Martin Fayulu estime que la coupure d’internet « augure de la fraude et de la tricherie en train de se faire ». L’entourage du candidat Félix Tshisekedi, avec la coalition Cach, met de son côté en garde : « Toute manipulation en changeant l’ordre d’arrivée à la présidentielle serait un scandale ».

L’Église catholique se dit indignée par la coupure de RFI en République démocratique du Congo. Pour le porte-parole de la Cenco, la Conférence épiscopale congolaise, il s’agit d’une atteinte à la liberté d’expression. L’abbé Donatien Nsholel la met sur le même pied que la coupure d’internet qui a ralenti, mais non pas bloqué, le travail des observateurs électoraux déployés par l’Église.

Coupure d’internet oblige, la Conférence épiscopale (Cenco) a dû retarder de 24h00 la présentation d’un rapport préliminaire sur les opérations de vote. Selon le secrétaire général de la conférence, l’abbé Donatien Nsholé, il a fallu prendre un peu plus de temps étant donné que le travail se fait par téléphone.
« On est désolé de voir la coupure de l’internet, et de la même façon, nous sommes indignés qu’on coupe le signal de RFI »
« Ce 2 janvier, le ministre de la Communication de RDC, Lambert Mende, a déclaré à l’AFP que les arguments de RFI seraient examinés en commission. « Nous allons écouter ces arguments, a-t-il déclaré. Si c’est valable, on y répondra positivement. Si ce n’est pas valable, nous maintiendrons la mesure ». »
RFI également perturbé à Brazzaville

Le signal de la fréquence de RFI est également brouillé à Brazzaville. Des auditeurs de l’autre côté du fleuve s’en sont plaints.

Côté Brazzaville, beaucoup d’auditeurs sont également pénalisés par ce qui semble être un brouillage. Ils entendent un sifflement sur notre fréquence 93.2 presque jusque dans les quartiers nord de Brazzaville. Interrogée par RFI, une source gouvernementale de la République du Congo dément être à l’origine de ces interférences sur notre fréquence. Cette source dit toutefois avoir pu elle-même constater ces perturbations.

Un autre source officielle, spécialisée dans les questions techniques, proche des radiodiffuseurs du Congo-Brazzaville, estime que ce brouillage pourrait venir d’un des trois émetteurs de la RDC localisé à Binza, à Kinshasa. « Ils en ont trois. Un de 2 kg de puissance qui n’empiète pas sur la fréquence de RFI à Brazzaville et deux autres plus puissants de 5 et de 10 kg qui peuvent produire ce genre de sifflement », explique encore cette source officielle technique jointe à Brazzaville.

Cette source ajoute : « On attend de savoir quelle sera la position de notre gouvernement, mais cela pourrait être considéré comme illégal par l’Union internationale des télécommunications, voire comme un geste inamical ou même une violation de notre souveraineté », estime encore cet officiel proche des radiodiffuseurs de Brazzaville.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*