mercredi , octobre 17 2018
Accueil / Santé / Elle devient maman grâce à son ovaire congelé quand elle avait 9 ans

Elle devient maman grâce à son ovaire congelé quand elle avait 9 ans

Une jeune femme de 24 ans est devenue maman après la transplantation de tissu ovarien prélevé alors qu’elle avait 9 ans.
Le faire-part pourrait sembler bien ordinaire : Moaza Al Matrooshi, 24 ans, originaire de Dubaï vient de donner naissance à son premier petit garçon dans une clinique de Londres. Si ce n’est que cette naissance est une première médicale exceptionnelle. La jeune femme est en effet la première à donner naissance à un bébé après la transplantation de tissu ovarien prélevé avant la puberté.
Moaza Al Matrooshi est née avec une maladie génétique du sang (la bêta-thalassémie) nécessitant une greffe de moelle osseuse précédée d’une chimiothérapie.
Juste avant la chimio, alors qu’elle avait tout juste 9 ans et qu’elle n’était pas encore pubère, les médecins ont procédé à l’ablation de son ovaire droit et des fragments de ce tissu ovarien ont été congelés.
Transplantation de tissu ovarien et FIV ont été nécessaires
L’année dernière, lorsque la jeune femme a émis son souhait de devenir maman, des chirurgiens danois ont transplanté 5 morceaux de tissu ovarien dans son corps (4 sur son ovaire gauche et un sur son utérus). Après cette greffe, son taux d’hormones est revenu à la normale, sa fertilité a été restaurée et elle a commencé à ovuler.
Afin d’augmenter les chances d’avoir un enfant, la jeune femme et son mari ont subi un traitement de fécondation in vitro. Trois embryons ont été produits et deux ont été implantés au début de l’année.
“Plus de 60 bébés sont nés dans le monde de femmes après restauration de leur fertilité, mais Moaza est le premier cas de congélation pré-pubertaire et la première patiente ayant suivi un traitement pour la bêta-thalassémie” ont déclaré les médecins à la BBC.

Auteur: Catherine Coordonnier – TopSan

About Abou Seck

Voir aussi

Le moustique vecteur du paludisme éradiqué en labo

Share this on WhatsApp Des chercheurs de l’Imperial College de Londres sont parvenus à annihiler …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)