Accueil / Actualités / HISTOIRE DE PODOR (La rencontre avec Ngaari Ngawlé)

HISTOIRE DE PODOR (La rencontre avec Ngaari Ngawlé)

Moussa Boukary habitait au village de Saaré Thioffy avec sa famille. Souvent il partait à la chasse, dans la forêt distante de quelques kilomètres de son village  natal à dos de son éléphant qu’il avait apprivoisé. Un jour il décida de ne pas s’éloigner du village et de faire la chasse aux hippopotames vers l’actuel  village de Ngawlé. Arrivé au bord du fleuve, il fit le guet  et attendit. Aux environs de vingt et une heures après quelques heures d’attente, il  tua le seul hippopotame qui était venu brouter  les hautes herbes  sur les versants du fleuve ; il l’égorgea et s’approcha du fleuve pour  laver ses  mains tachées du sang de l’animal. Soudain, de l’endroit où il se tenait, le sol se mit  à bouger  sous ses pieds ; il se pencha pour regarder de plus prés et il découvrit l’inattendu, comme une grande pirogue retournée, un immense crocodile était là,  terré à la berge qui se reposait.

Moussa Boukary s’approcha d’avantage de la bête, l’examina encore de plus près et vit qu’elle était âgée. L’animal était si longtemps resté à la même place que sur le sable qui lui couvrait la tête avait poussé une touffe d’algues. Ayant sentit la présence humaine, le monstre aquatique voulut prendre le large, Moussa  l’immobilisa par des incantations. Il dompta le monstre, il coupa la touffe d’algue en fit une tresse et l’attacha à son bras. Ce fut ce crocodile que Moussa Boukary appela « Ngaari Ngawlé » (le taureau de Ngawlé) : le célèbre crocodile dont tous les pêcheurs de la vallée du fleuve connaissent la loyauté, le mystérieux crocodile qui servit de monture à Moussa Boukary pour ses déplacements lointains dans les profondeurs des eaux.

Ngaari Ngawlé était un immense monstre aquatique qui  mesurait plus de cinq mètres de long. Il avait une tête plate et un long museau doté d’une forte mâchoire, aux grandes dents pointues et une grande queue puissante et musclée .Sa carapace était recouverte de grosses écailles noircies par la force de l’âge .Quand il émergeait de l’eau, les habitants  des autres villages le reconnaissaient par sa forme un  peu différente de celle des autres crocodiles. En se déplaçant il émettait un bruit étourdissant, on dirait un bateau à vapeur qui arrivait, en même temps  il balayait tout sur son passage.

A SUIVRE …….

Source : podorinfos

About Diouf Babacar

Voir aussi

Bac philo 2018 : Les corrigés des épreuves

Share this on WhatsApp Les élèves de Terminale se sont penchés le 28 juin dernier …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)