Juve : Ronaldo, c’est la folie !

Recruté pour 117 millions d’euros, prime de solidarité comprise, Cristiano Ronaldo a sorti le grand jeu pour permettre à la Juventus Turin de terrasser l’Atletico Madrid (0-2, 3-0) lors des 8es de finale de la Ligue des Champions. Auteur d’un triplé mardi, l’attaquant portugais a prouvé qu’il n’avait pas d’égal dans cette compétition.
«L’équipe sait qu’elle va faire un grand match et moi aussi. On est prêts à passer une soirée spéciale, à la fois sur le terrain et dans les tribunes. Tout le monde sait que l’Atletico est solide, ils défendent très bien, ils ne prennent pas beaucoup de risques et jouent en contre. Mais on est prêts, on fera tout pour les battre.» Un visionnaire ? Non. Cristiano Ronaldo (34 ans), tout simplement. Malgré la défaite au Wanda Metropolitano (2-0), trois semaines auparavant, l’attaquant portugais affirmait que la Juventus Turin allait terrasser l’Atletico Madrid à la maison. Bingo. Ronaldo, le bourreau de l’Atletico, spécialiste de la remontada Dans un Allianz Stadium chauffé à blanc, Ronaldo a réussi ce que la Vieille Dame n’avait jamais fait dans son histoire, à savoir remonter un retard de deux buts en C1 en lui offrant la victoire 3-0. Une tête rageuse au second poteau après un caviar de Federico Bernardeschi, une autre tête en extension sur un centre de Joao Cancelo puis un penalty parfaitement tiré en fin de rencontre, le Lusitanien, plein de sang-froid, n’a laissé aucune chance aux Colchoneros. Un triplé retentissant, le huitième de sa carrière en C1, chose que seul Lionel Messi a réussi à faire jusqu’ici, que Ronaldo avait déjà réalisé face au même adversaire, en demi-finales (3-0, 1-2), en 2017, lorsqu’il portait les couleurs du Real Madrid. Une prestation qui ressemble également à celle qu’il a livrée lors du quart de finale retour en 2016 contre Wolfsbourg (3-0), alors que les Merengue avaient chuté 2-0 en Allemagne, preuve que CR7 sait toujours hisser son niveau de jeu dans ces rendez-vous. Ronaldo peut-il mettre fin au cauchemar de la Juventus ? Aux anges, Ronaldo bombait forcément le torse après la rencontre. «Mon triplé ? J’ai été recruté pour ça, la Juve m’a fait venir pour ça. J’essaye de faire mon travail. Je suis très heureux, c’est une soirée magique. Cette équipe est très difficile à jouer, mais la nôtre est aussi une grande équipe. On a montré qu’on pouvait passer. On ne pense pas encore à la finale, on y va étape par étape» , a expliqué la star portugaise, notée 10/10 par la rédaction de Maxifoot. Et maintenant ? Le plus difficile reste à venir pour Ronaldo. En effet, la Juventus, qui n’a pas hésité à débourser 117 millions d’euros pour l’attirer dans ses rangs, espère qu’il maintiendra le cap dès le prochain tour. Car la formation italienne, qui cultive un véritable complexe dans cette compétition, avec cinq finales perdues en 20 ans (1997, 1998, 2003, 2015, 2017), sait que le chemin est encore long pour retrouver les sommets. Avec Ronaldo, meilleur buteur de l’épreuve (124 buts en 160 matchs), le cauchemar pourrait enfin prendre fin.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*