Karl Lagerfeld ne voulait pas d’enterrement : « je veux que l’on disperse mes cendres avec celles de ma mère et celles de Choupette »

Karl-Lagerfeld-ne-voulait-pas-d-enterrement-je-veux-que-l-on-disperse-mes-cendres-avec-celles-de-ma-mere-et-celles-de-Choupette

Le grand couturier Karl Lagerfeld s’est éteint ce mardi matin, à l’hôpital américain de Neuilly sur Seine. Une disparition qui plonge la planète mode dans le deuil. Car en soixante ans de carrière, Karl Lagerfeld a marqué la mode sur plusieurs générations.

A 85 ans, Karl Lagerfeld pensait-il à la mort ? Il y a moins d’un an, dans une interview au magazine « Numéro », le maître de la maison Chanel évoquait sa propre disparition, alors qu’on l’interrogeait sur l’enterrement d’Azzedine Alaïa. « Quelle horreur ! Il n’y aura pas d’enterrement. Plutôt mourir. Depuis ces sombres histoires de la famille Hallyday, les obsèques à la Madeleine ont tout l’air d’une farce. J’ai demandé à ce qu’on m’incinère et que l’on disperse mes cendres avec celles de ma mère… et celles de Choupette [son chat, ndlr], si elle meurt avant moi. »

Il y a quatre ans déjà, sur « Le divan » de Marc-Olivier Fogiel, Karl Lagerfeld disait son refus d’être enterré. « Si un jour je meurs, je ne veux pas d’enterrement non plus. Je trouve cela horrible. Je veux juste disparaître comme les animaux de la forêt vierge. C’est horrible d’encombrer les gens avec ses restes. »

Si ses dernières volontés sont respectées, il n’y aura donc pas d’enterrement pour Karl Lagerfeld. Mais dans quelques jours, tous les grands noms de la mode seront réunis à Paris pour la Fashion Week, et, il ne fait aucun doute que le plus beau des hommages lui sera rendu lors du défilé Chanel, au Grand Palais, où ses créations continueront de vivre à jamais.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*