Accueil / régions / Kédougou – Promotion et valorisation du fonio : La machine à décortiquer la céréale diffusée à grande échelle.

Kédougou – Promotion et valorisation du fonio : La machine à décortiquer la céréale diffusée à grande échelle.

Le Fonds national de recherche agricole et agro-alimentaire (Fnraa) vient de doter un important lot de machines à décortiquer le fonio aux groupements de producteurs de la région de Kédougou. La remise des machines qui a eu lieu la semaine dernière s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (Ppaao) d’une part et d’autre dans la politique de dissémination de la machine.

Un lot de onze machines à décortiquer le fonio a été mis gracieusement à la disposition des producteurs de la région de Kédougou. Ce geste s’inscrit dans le cadre de la matérialisation du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (Ppaao). Financés par le Fonds national de recherche agricole et agro-alimentaire (Fnraa), ces équipements permettront de valoriser le fonio par la pratique de la culture de la céréale, mais aussi de diffuser à grande échelle la machine pour mieux promouvoir la céréale. Typiquement africaine, la culture de la céréale était un véritable casse-tête pour les populations. Les producteurs étaient surtout confrontés au problème de décorticage qui se faisait dans des conditions laborieuses et demandait beaucoup de temps et de patience dans le traitement du produit. Avec l’arrivée de cette machine, les producteurs peuvent maintenant pousser un ouf de soulagement.

Revenant sur le programme, le coordonnateur adjoint des opérations pour le suivi des activités du projet, Mamadou Diouf, explique que  «la distribution s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet de recherche du Fnraa et la diffusion à grande échelle de la machine à décortiquer le fonio». Et dans la phase d’opérationnalisation du projet, plusieurs acteurs ont conjugué leurs efforts. Il s’agit, renseigne notre interlocuteur, de Diakité Kaba production (Dkp), du lycée technique Maurice Delafosse et de l’Association sénégalaise pour la promotion du fonio (Asprof). En ce qui concerne les conditions d’acquisition des machines, M. Diouf précise qu’elles sont distribuées «gratuitement, sans con­tre­partie».

Néanmoins, les bénéficiaires doivent être reconnus et légalement constitués en association ou Gie. Ils doivent disposer également d’un compte bancaire, disposant au minimum les 10% du coût de la machine. Soit la somme de 135 mille francs Cfa, pour une machine dont le coût est estimé à 1 million 350 mille francs Cfa. Sur l’adaptabilité des machines et leur caractéristique, le professeur de technologie industrielle au lycée Maurice Delafosse, El Hadji Abdoulaye Seck, et point focal de la fabrication, informe que «ce sont des machines thermiques qui fonctionnent à partir du carburant». Et d’ajouter : «Il y a aussi des machines électriques qui fonctionnent à partir de l’électricité.» C’est dire donc que tous les aspects ont été pris en compte pour faire la dissémination des engins en fonction de la réalité et des exigences du milieu.
Un premier lot de 10 machines a été déjà octroyé. Soit un total de 21 machines à décortiquer le fonio pour promouvoir et valoriser sa culture dans la région de Kédougou. La région de Kolda a aussi reçu 20 machines, Sédhiou 21 et Tambacounda 18. Au total, 80 machines ont été distribuées dans ces 4 grandes régions de production de fonio.

Erection d’une unité de fabrication de machines à Kolda
Dans le cadre de la poursuite des activités et pour garantir une disponibilité à quantité suffisante des machines à décortiquer le fonio et de leur entretien, il est prévu l’ouverture prochaine d’une unité de fabrication des machines à Kolda. La révélation a été faite par El Hadji Abdoulaye Seck. A l’en croire, le projet entend «accompagner les producteurs dans le suivi» et, dit-il, «l’unité de fabrication qu’on va implanter à Kolda va permettre de faire la maintenance des machines».

La machine à décortiquer le fonio a été inventée par Sanoussi Diakité, directeur général de l’Office national de formation professionnelle (Onfp), pour alléger le travail des producteurs et donner de la valeur au produit pour mieux faciliter son accessibilité et sa pratique curlturale.

Source : tambacounda.info / lequotidien

About Diouf Babacar

Voir aussi

Canicule à PODOR : Deux individus trouvent la mort au village de N’Gouye par noyade

Share this on WhatsApp Deux personnes ont trouvé la mort dans le Département de Podor, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)