Certains ex-fumeurs ne jurent désormais plus que par elle. D’autres accros à la nicotine estiment, eux, qu’en l’absence de données scientifiques claires, mieux vaut s’en tenir à la cigarette classique. Il est vrai que les connaissances sur les risques et les bénéfices de la cigarette électronique manquent. En partie parce que l’intérêt des scientifiques pour cette question n’est que très récent: moins d’une trentaine d’études ont été publiées avant 2014, contre près de 1800 depuis.

En janvier dernier, l’Académie des sciences américaine a publié un rapport de 600 pages consacré à la cigarette électronique, aboutissement de l’analyse de 800 études. Selon la qualité des études réalisées, les scientifiques américains ont classé les résultats selon leur «niveau de preuve». En clair, un résultat avancé par des études de mauvaise qualité ou sur lequel les publications scientifiques divergent est estampillé comme ayant un niveau de preuve limité. Au contraire, si un bon nombre d’études bien menées aboutissent toutes au même résultat, le niveau de preuve est jugé probant.

Que contient la vapeur de cigarette électronique ?

La cigarette électronique n’a de commun avec son homologue classique que le nom et la gestuelle. À la différence des cigarettes, elle ne contient pas de tabac, n’a pas de combustion et ne crée pas de fumée. Elle permet d’inhaler de la vapeur obtenue par chauffage d’un liquide composé principalement de propylène glycol, de glycérol, d’arômes et, le plus souvent, de nicotine.

• Les preuves solides:

Un bon nombre de liquides pour cigarette électronique contiennent et/ou entraînent la production de substances potentiellement toxiques, telles que des métaux et des composés potentiellement cancérigènes (l’acroléine), voire cancérigènes, avérées pour l’homme (le formaldéhyde). Toutefois, le nombre et la quantité de ces substances dépendent fortement du type de cigarette électronique utilisé et de la façon dont celle-ci est utilisée, ainsi que des caractéristiques des e-liquides. La quantité de nicotine inhalée avec la cigarette électronique est comparable à celle de la cigarette conventionnelle.

La cigarette électronique est-elle dangereuse pour la santé ?

Contrairement à la fumée de cigarette, la vapeur de cigarette électronique ne contient pas le cocktail de substances présentes.

• Les preuves solides:

– Il a été montré que la cigarette électronique peut modifier le fonctionnement des cellules à court terme, mais les conséquences à long terme de ces altérations restent à déterminer. Par ailleurs, aucune étude n’a encore jamais démontré de façon formelle l’existence d’un lien entre ces modifications cellulaires et le développement de cancers, que ce soit chez l’homme ou chez l’animal.

– L’usage de la cigarette électronique avec nicotine entraîne des symptômes de dépendance.

– Le rythme cardiaque augmente suite à l’inhalation de nicotine par cigarette électronique.

– Quelques cas d’explosions de cigarette électronique ont été rapportés, provoquant brûlures et blessures. Ces explosions sont liées à des problèmes de batteries de mauvaise qualité ou modifiées par l’utilisateur.

– L’usage de la cigarette électronique dans des lieux clos augmente les concentrations en particules et en nicotine dans l’air ambiant.

• Niveau de preuve modéré:

– Une augmentation de la pression artérielle pourrait se produire pendant une courte période suite à l’inhalation de nicotine par e-cigarette.

• Preuves insuffisantes:

– Dans l’état des connaissances scientifiques, il n’y a pas de preuve que l’usage de la cigarette électronique soit un facteur de risque d’infertilité ou qu’elle perturbe le développement fœtal.

Le vapotage est-il moins nocif que le tabagisme ?

 Depuis février 2016, le Haut Conseil de santé publique (HCSP) considère que la cigarette électronique peut être considérée comme une aide pour arrêter ou réduire la consommation de tabac des fumeurs. L’Agence de santé publique anglaise estime, elle, que la cigarette électronique serait 95 % moins nocive que le tabac.

• Haut niveau de preuve:

– La substitution complète de la cigarette par l’e-cigarette réduit l’exposition de l’utilisateur à un grand nombre de substances toxiques et cancérogènes. Et pour cause: la fumée de tabac contient plus de 4000 substances, dont 80 sont cancérigènes. Par contre, aucune étude n’a montré que l’usage concomitant de la cigarette électronique et de la cigarette classique permettait d’améliorer la santé à court terme ni de réduire les risques à long terme.

– Les substances contenues dans la vapeur de cigarette électronique peuvent favoriser le stress oxydatif, mais dans une moindre mesure que les composés présents dans la fumée de cigarette.

• Niveau de preuve modéré:

– Plusieurs études ont montré que le degré de dépendance à la nicotine serait plus faible chez les vapoteurs que chez les fumeurs.

– La toux, les sifflements et l’asthme pourraient être exacerbés par l’usage de la cigarette électronique. Par contre, les pathologies respiratoires liées au tabac pourraient être améliorées par l’usage exclusif de cigarette électronique.

– Le vapotage passif semble exposer à moins de particules que le tabagisme.

• Preuves insuffisantes:

– Les études ne montrent pas de lien entre l’usage de la cigarette électronique et le développement de maladies cardiovasculaires. Le tabagisme, lui, est à l’origine de 18.000 décès cardiovasculaires chaque année en France.

La cigarette électronique permet-elle d’arrêter de fumer ?

D’importants travaux scientifiques (revue Cochrane) ont montré qu’il n’existe pas de différence pour l’abstinence à six mois de la consommation de tabac entre la cigarette électronique avec nicotine et les patchs.

• Preuves solides:

– Des études ont effectivement montré que la cigarette électronique favorise le sevrage tabagique. D’ailleurs, l’Institut national du cancer et le Haut conseil de la santé publique estiment que la cigarette électronique peut être considérée comme une aide pour arrêter ou réduire la consommation de tabac, au même titre que les patchs nicotiniques ou autres dispositifs.

 Niveau de preuve modéré:

– Certains essais cliniques ont montré que les e-liquides avec nicotine sont plus efficaces que ceux sans nicotine pour arrêter de fumer.