La «dernière tentative» de BLOCAGE des livraisons de S-400 à Ankara

Proposant à la Turquie leurs systèmes Patriot, à condition qu’elle renonce à l’achat des S-400 russes, les États-Unis ne sont pas prêts à accorder à Ankara ni une réduction des prix ni un transfert de technologies, indique le quotidien turc Yeni Safak. Ainsi, souligne le journal, du point de vue du prix, l’offre de la Russie, d’un montant de 2,5 milliards de dollars, est beaucoup plus avantageuse que celle des États-Unis qui atteint 3,5 milliards de dollars.

Le quotidien a qualifié la visite actuelle de la délégation américaine à Ankara de «dernière tentative» de persuader les autorités turques de renoncer aux S-400 russes. En septembre 2017, la Russie avait annoncé avoir signé un contrat prévoyant la livraison de systèmes de missiles S-400 à la Turquie. Puis, fin octobre, le ministre turc de la Défense nationale avait déclaré que le déploiement de systèmes russes en Turquie devrait débuter en octobre 2019.

Pour leur part, les Etats*Unis exercent des pressions sur la Turquie, leur alliée au sein de l’Otan, pour qu’elle renonce à l’acquisition de ces systèmes de défense antiaérienne, menaçant de refuser de lui livrer des chasseurs F-35. Dans le même temps, une loi adoptée par le Congrès américain en 2017 prévoit des sanctions économiques contre toute entité ou pays ayant conclu des contrats d’armement avec des entreprises russes.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*