Accueil / Economie / Le chemin parcouru par l’Afrique du Nord en 20 ans

Le chemin parcouru par l’Afrique du Nord en 20 ans

En 20 ans, l’Afrique du Nord (Egypte, Algérie, Maroc, Tunisie et Libye) a multiplié son revenu global par 3,7, sa population par 1,4 et son revenu par habitant par 2,6. C’est l’Egypte qui a effectué la plus importante progression avec un revenu national multiplié par 5,5 et un revenu par habitant par 3,6.

A ce jour, des 5 pays, c’est le Maroc qui présente le plus faible niveau de développement humain et l’Algérie le plus élevé, selon l’indice du PNUD. Mais sans la guerre qu’elle subit depuis 5 ans, la Libye serait largement en tête. Avant 2011, son indice de développement humain était supérieur à celui du Portugal.

L’Egypte il y a 20 ans

En 1996, la croissance atteint 4,2%.  Les privatisations se préparent. La Bourse du Caire se porte bien. Le FMI est satisfait de l’administration Moubarak et efface 4 milliards de dollars de dette. L’extrémisme musulman semble enfin contenu et le tourisme repart de plus belle : 3,6 millions de visiteurs cette année-là. Mais les experts estiment qu’il faudra un peu de temps avant que la population ressente les effets de cette embellie. Or, hélas, l’année suivante survient l’attentat de Louxor et tout ce qui s’ensuit.

L’Algérie il y a 20 ans

En votant à 80% pour la nouvelle constitution, les Algériens ont donné les pleins pouvoirs au général-président Zeroual. La croissance est de 4%. Le cours du baril est favorable. Les compagnies pétrolières du monde entier frappent à la porte. Cerise sur le gâteau, les récoltes sont exceptionnellement abondantes. Seule ombre au tableau, le secteur industriel, dominé par les holdings d’Etat, sous-performe à -4% et les investisseurs étrangers, hors hydrocarbures, restent circonspects.

Le Maroc il y a 20 ans

La récolte de 1995 n’avait produit que 17 millions de quintaux de céréales. Celle de 1996 en produira 100 millions grâce à une météo favorable. Cette année-là les touristes reviendront en force et les transferts des « travailleurs émigrés » seront particulièrement généreux. Résultat, la croissance caracole à 9,2%. Cependant, un fossé se creuse entre un Maroc côtier, riche et urbain, et un Maroc de l’intérieur encore misérable.

La Tunisie il y a 20 ans

En 1996, l’élève modèle du FMI franchit la barre des 2000 $ de revenu par habitant et vise les 7,5% de croissance. Le déficit public est contenu à 2%. L’endettement extérieur ne dépasse pas les 50% du PIB. Fort de ces indicateurs flatteurs, le pays se prépare à un accord de libre échange avec l’Union européenne. Un pari qui ne sera gagnant que si l’investissement étranger vient rapidement développer un secteur productif encore bien faible.

La Libye il y a 20 ans

En 1996, après 5 ans d’embargo sur les flux financiers, les laisons aériennes et les équipements militaires, la florissante économie libyenne commence à souffrir. Bill Clinton annonce alors de nouvelles sanctions contre toute entreprise qui investit dans le pétrole libyen. Pour le pays de Kadhafi, le coup est rude, mais son impact restera supportable tout le temps que l’Europe refusera de suivre les Etats Unis dans cette longue guerre contre le « Guide » de la Grande Jamahira.

senegalinfos.com avec Agence Ecofin

About Diouf Babacar

Voir aussi

Le Sénégal victime d’un « complot maçonnique », selon le Pr. Malick Ndiaye

Share this on WhatsApp La crise scolaire, la crise de la classe politique et la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)