jeudi , octobre 18 2018
Accueil / A la une / LE DISTRICT SANITAIRE DE POPENGUINE A ÉRADIQUÉ LE PALUDISME (MÉDECIN-CHEF ADJOINT)

LE DISTRICT SANITAIRE DE POPENGUINE A ÉRADIQUÉ LE PALUDISME (MÉDECIN-CHEF ADJOINT)

 Le district sanitaire de Popenguine, dans le département de Mbour (ouest) a “totalement” éradiqué le paludisme, a révélé son médecin-chef adjoint, Dr Latyr Diouf, précisant que chaque trimestre, “seuls moins de cinq cas” sur mille personnes consultées sont enregistrés. “On parle souvent de pré-éradication, mais nous nous sommes dans une phase d’éradication, surtout à Popenguine, une zone particulière où les acteurs communautaires ont apporté leur touche par rapport à la lutte contre le paludisme”, a dit Dr Diouf qui s’entretenait avec l’APS.
Selon lui, c’est depuis les années 1990 que le district sanitaire de Popenguine s’est illustré dans la lutte contre le paludisme, et aujourd’hui, à travers des activités de sensibilisation, de randonnées pédestres, la distribution massive de moustiquaires imprégnées, des stratégies de lutte efficace contre la maladie sont régulièrement mises en place. “Aujourd’hui, les résultats sont bien là, palpables et vérifiables, et on peut, sans conteste, dire que dans le district sanitaire de Popenguine, le paludisme est éradiqué grâce au CICLAP, un regroupement d’associations communautaires”, s’est réjoui Dr Latyr Diouf.
Dans ce district sanitaire, “le dépistage et le traitement sont gratuits avec le test de diagnostic rapide (TDR) qui permet maintenant de poser le diagnostic. Les combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinime (ACT) sont disponibles aussi bien au niveau du district qu’au niveau national”, a estimé Dr Diouf. “Nous travaillons surtout pour la consolidation des acquis. Et quand un cas de paludisme est signalé au niveau de la zone, des investigations sont faites pour voir d’où il vient”, a expliqué Dr Latyr Diouf, précisant que les “quelques rares cas de paludisme enregistrés sont importés”.
Cela s’explique surtout par le fait que Popenguine est une zone de transit, avec des populations qui viennent d’autres pays pour s’y installer avec le développement des activités économiques depuis la mise en service de l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD), a-t-il analysé. “C’est vrai qu’on a atteint les objectifs d’éradication du paludisme, mais il faut continuer toujours à lutter”, a lancé le médecin-chef adjoint de ce district sanitaire leader dans la lutte contre le paludisme au niveau du département de Mbour.
Source : APS

About Diouf Babacar

Voir aussi

Les innovations du Magal 2018 déclinées par cheikh Ameth Saloum

Share this on WhatsApp Share this on WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)