Le Juge Ousmane Kane : «Je ne comprends pas les épouses qui défendent leur mari pédophile»

Les actes de pédophilie, les viols entre autres sont au cœur des préoccupations du Premier président de la cour d’Appel de Kaolack. Ce dernier se dit outré par le nombre important de dossiers qui atterrissent sur son bureau. Et le plus incompréhensible dans ces histoires, relève-t-il, demeure la faculté des épouses à défendre les actes délictuels perpétrés par leur époux.
les cas d’inceste sont de plus en plus marquants dans la région du Sine-Saloum. C’est ce qu’a affirmé mardi, le Premier président de la Cour d’Appel de Kaolack, Ousmane Kane, qui s’exprimait en marge de la Journée de l’Enfant africain, tenue à Fatick.

Le magistrat qui intervenait sur la Rfm a relevé que, même s’il ne peut pas donner de chiffres précis, le nombre de cas interpelle tout un chacun surtout concernant les cas de pédophilie qui ne sont pas cependant assez médiatisés : «Ce qui m’inquiète en tant que Sénégalais, en tant qu’Africain, c’est de voir que les enfants ne sont plus en sécurité dans le cercle familial le plus restreint. Le père, le grand-père peuvent utiliser leurs enfants comme leurs épouses», déplore-t-il.

Et de poursuivre : «On parle surtout des victimes de viols mais la pédophilie est répandue surtout que nous sommes dans une zone touristique avec les Iles du Saloum. Malheureusement, c’est un phénomène qui s’étend. Cela dépasse les limites. La dernière fois, il y avait une audience. Un père de famille avait utilisé ses deux enfants alors qu’il avait deux femmes».

Il a cependant fait montre de son incompréhension devant la posture des épouses des criminels qui ont tenté ou réussi à abuser de leurs propres enfants : «Dans tous les cas d’inceste que nous avons eus, on a vu que systématiquement, les épouses des mis en cause plaidaient pour le pardon de leur époux. Je ne comprends pas. Il faut tirer la sonnette d’alarme».
Pressafrik




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*