A la une

Le responsable de l’Apr poignarde le maire de Labgar : 6 mois avec sursis

La réunion d’installation du comité électoral de la coalition Bby convoquée par la commune de Labgar, qui préparait les Législatives de juillet 2017, avait tourné court. Idrissa Diop, le maire de cette localité, a été poignardé par un camarade de parti. Jugé mercredi dernier, il a été déclaré coupable du délit de coups et blessures volontaires et condamné à 6 mois assortis du sursis.

L’Alliance pour la République (Apr) est minée dans plusieurs localités du pays par des querelles intestines. Les responsables du parti présidentiel, qui peinent à accorder leurs violons, se livrent généralement par militants interposés à des batailles rangées. La commune de Labgar, localité située dans le département de Linguère, n’échappe à cette règle. L’Apr avait étalé au grand jour ses divergences, en marge de l’installation du comité électoral (le 17 juillet) de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby), qui préparait les Législatives de juillet 2017. Ses membres s’étaient livrés à une sanglante bagarre au cours de laquelle le maire Idrissa Diop a été poignardé dans la région thoracique.

Touché à une partie vitale, il a été évacué à Dakar, puis en France où il suit tous ses traitements. Pendant ce temps, trois responsables de la tendance adverse, notamment Issa Doffé Dia, Amadou Samba Bâ et Moussa Amadou Sow, accusés d’avoir participé à la bagarre, ont été arrêtés et déférés au parquet de Louga. Leur dossier s’est corsé, car deux frères du maire qui détenaient des certificats médicaux attestant d’incapacités temporaires de 07 et de 15 jours avaient déposé des plaintes contre ces trois responsables, poursuivis respectivement pour tentative de meurtre, coups et blessures volontaires et détention d’arme sans autorisation administrative.

Placés sous mandat de dépôt à la prison de Louga, le dossier a atterri sur la table du juge d’instruction. Ainsi, après la clôture de l’instruction, le magistrat instructeur a disqualifié les faits en coups et blessures volontaires et détention d’arme sans autorisation. Conséquence : la liberté provisoire a été accordée aux mis en cause après quelques mois de détention préventive. Le dossier a été enrôlé mercredi en audience correctionnelle. Amadou Samba Ba a été jugé par défaut, contrairement à ses camarades d’infortune, Issa Bofa Dia et Moussa Amadou Sow.

Interrogé sur les faits qui lui sont reprochés, Issa Boffa Dia, qui avait poignardé le maire Idrissa Diop, s’est expliqué : «Ce jour-là, le maire Idrissa Diop avait interdit l’accès de la salle à nos militants. Quand je suis venu pour le raisonner, il m’a donné un violent coup de poing. Pour me venger, je lui ai administré un coup de couteau. Je regrette les faits. J’ai agi sous le coup de la colère. D’ailleurs, le maire lui-même est venu me rendre visite en prison. Aujourd’hui, nos rapports sont des meilleurs». L’autre prévenu, Moussa Amadou Sow, a nié son implication dans cette bagarre. «Je ne sais même pas comment on tient un couteau. Nous avions monté dans un premier temps notre comité électoral et sur les 53 responsables présents, seuls 11 ont été favorables au maire. Mais au dernier moment, il a décidé de convoquer sa propre réunion, en nous écartant. Ce que nous ne voulions pas accepter et du coup, une bagarre a éclaté entre nos deux camps. Nous regrettons les faits», s’amende-t-il.

Sans prendre de gants, le parquet a mis en garde les deux responsables politiques : «Le tribunal ne connait pas la couleur des partis, il gère des faits. Si les gens d’un même parti se bagarrent pendant des élections législatives, on pourrait légitimement se poser des questions, qu’est-ce qu’ils feront à la Présidentielle à venir» ? S’interroge le maitre des poursuites, pour qui «des sanctions exemplaires doivent être prises pour que pareille situation, qui constitue un trouble à l’ordre public, ne se reproduise plus». Il a requis une peine de 6 mois assortie du sursis à l’encontre des prévenus.

Rendant son verdict, le tribunal a renvoyé Moussa Amadou Sow des fins de la poursuite et a déclaré coupable Issa Boffa Dia et Amadou Samba Bâ coupables du délit de coups et blessures volontaires et de détention d’arme et les a condamnés à 6 mois assortis du sursis.

IGFM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)