A la une Actualités

LE SAES INVITE L’ETAT À CORRIGER LES ‘’MANQUEMENTS’’ NOTÉS DANS LES UNIVERSITÉS

Le Syndicat autonome des enseignants du supérieur (SAES) demande au gouvernement de corriger les ‘’manquements’’ constatés dans les universités publiques, pour que la nouvelle année universitaire soit ‘’stable et paisible’’.

‘’Le SAES demande au gouvernement, pour une année stable et paisible, de prendre toutes les dispositions pour que les manquements observés soient corrigés’’, a affirmé son secrétaire général national, Malick Fall, lors d’un point de presse, mercredi, à Thiès (ouest).

Le syndicat demande aussi au gouvernement de s’occuper des ‘’chantiers à l’arrêt, qui plombent l’envol de nos universités’’ et de ‘’verser la dernière tranche budgétaire due aux universités, pour leur permettre un démarrage normal de leurs activités’’.

Concernant le Fonds de solidarité sociale mis en place pour le relèvement de la pension de retraite de ses membres déjà retraités, le syndicat ‘’reste toujours ouvert tout en exprimant sa fermeté et sa détermination à travailler au respect des engagements pris par le gouvernement’’, a souligné Malick Fall.

Le SAES demande aux autorités gouvernementales d’honorer leurs engagements envers les membres du syndicat, d’autant plus que, selon M. Fall, ‘’certains de [ses] vieux retraités meurent et d’autres sont incapables de se prendre en charge’’.

‘’Si aucune évolution positive n’est observée dans les prochains jours, le SAES se réservera le droit de prendre toutes les mesures appropriées pour faire respecter ces engagements’’, a-t-il prévenu.

Le Syndicat autonome des enseignants du supérieur dit avoir constaté, dans les sept universités publiques du pays, des ‘’dysfonctionnements’’ pouvant empêcher le déroulement des enseignements.

Malick Fall évoque des chantiers à l’arrêt et des ‘’scandales financiers’’ à l’Université de Thiès. A l’Université Assane-Seck de Ziguinchor, il déplore un ‘’scandale écologique’’ lié à l’utilisation du glyphosate, un produit cancérigène, lors d’une opération de désherbage du campus pédagogique. Des chantiers sont ‘’quasiment à l’arrêt’’ dans la même université, selon M. Fall.

Le SAES réclame aussi le recrutement d’enseignants et l’équipement de l’Université du Sine-Saloum El Hadji-Ibrahima-Niass, pour le déroulement correct des enseignements dans ce nouvel établissement où sont orientés 2.000 étudiants.

Le SAES déplore que des blocs pédagogiques réceptionnés à l’Université Alioune-Diop de Bambey restent encore non équipés, depuis le jour de la rentrée universitaire, lundi dernier.

Concernant l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, le secrétaire général du syndicat dit avoir entamé une discussion, avec le recteur, sur ‘’une plateforme revendicative’’ comprenant le paiement de primes dues aux enseignants, l’audit du contrat de performance de l’établissement universitaire, etc.

Selon Malick Fall, l’Université virtuelle du Sénégal (UVS) ‘’n’a pas encore reçu la dernière tranche de sa subvention’’ de l’année en cours. ‘’A cause de cette situation, elle peine à entretenir son dispositif informatique et à respecter ses engagements envers les enseignants’’, souligne M. Fall.

Il salue en revanche l’‘’effort crucial’’ fourni par le gouvernement, qui a mis à la disposition de l’UVS, et ‘’dans les délais’’ requis, la liste des nouveaux bacheliers, ce qui peut favoriser ‘’une année universitaire normale’’.

APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)