Accueil / International / Le TRANSFERT DE L’AMBASSADE DES ETATS-UNIS À JÉRUSALEM : Nouveau risque de DÉSTABILISATION 

Le TRANSFERT DE L’AMBASSADE DES ETATS-UNIS À JÉRUSALEM : Nouveau risque de DÉSTABILISATION 

L’ambassade américaine en Israël ouvre ses portes à Jérusalem – il s’agit de la première ambassade étrangère dans la ville sainte, qui reste la pomme de discorde entre l’État hébreu et la Palestine. Compte tenu du statut non régularisé de Jérusalem, la plupart des ambassadeurs accrédités en Israël et certains politiciens israéliens ont exprimé leur désaccord avec la décision de Trump. Les Palestiniens organisent des protestations.

La plupart des diplomates américains resteront à Tel-Aviv  au moins jusqu’à la fin de l’année étant donné qu’il est physiquement impossible d’installer toute la mission diplomatique sur le territoire de l’ancien consulat général à Jérusalem, et que la construction d’un nouveau bâtiment plus spacieux prendra du temps, écrit lundi le quotidien Kommersant. Presque un tiers des ambassadeurs accrédités en Israël, y compris les ambassadeurs de l’UE, de la Russie, de l’Égypte et du Mexique (ces pays s’opposent à la décision de transfert de l’ambassade), n’ont pas participé à la réception.

Parmi les Européens, la République tchèque, la Hongrie, la Roumanie et l’Autriche sortent du lot. L’ambassadeur autrichien Martin Weiss a précisé que sa présence à la réception ne signifiait pas que son pays reconnaissait Jérusalem en tant que capitale d’Israël ou avait l’intention d’y installer son ambassade. «Mais l’ouverture d’une ambassade américaine ici est un grand événement pour Israël, c’est pourquoi je ne pouvais pas refuser l’invitation du premier ministre et, en ce jour, je me réjouis avec le peuple israélien», a déclaré l’ambassadeur.

Symboliquement, les festivités à l’occasion de l’ouverture de l’ambassade ont coïncidé avec la célébration, en Israël, de la Journée de Jérusalem. Cette fête nationale a été instaurée en hommage à l’unification de Jérusalem Est et Ouest après la victoire d’Israël dans la guerre des Six (6) jours en 1967. Israël avait alors étendu sa juridiction sur les deux (2) parties de la ville, mais conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies la partie Est se trouvait officiellement sous occupation.

«Jérusalem est un défi pour le gouvernement israélien. Il est très problématique d’avoir un tiers de population arabe dans une ville qualifiée de capitale unie et indivisible d’Israël. Ce n’est pas une ville juive. Mais le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem délie de facto les mains aux autorités israéliennes», a déclaré Aviv Tatarski, chercheur de l’ONG Ir Amim (Ville des nations). Et d’ajouter: «Si les politiciens israéliens sont heureux, les Arabes, eux, sont en colère. On craint des actes de violence dans la ville.» «A Jarusalem-Est, les gens sont très en colère. Les USA ne sont plus pour nous un médiateur dans le règlement du conflit, ils sont entièrement du côté d’Israël», a déclaré l’activiste Aziz Abu Sarah.

About Diouf Babacar

Voir aussi

CRIS, CHAOS ET TIRS : L’attentat lors d’un défilé militaire en Iran filmé par un témoin

Share this on WhatsApp نخستین فیلم از تیراندازی شدید به رژه نیروهای مسلح در اهواز#رژه_اهواز …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)