Accueil / Actusrégions / Les CCA de Tambacounda et Bakel interpellent les collectivités locales

Les CCA de Tambacounda et Bakel interpellent les collectivités locales

Les responsables des centres conseils pour adolescents (CCA) de Tambacounda et de Bakel semblent être préoccupés par le retrait très prochainement de leur principal bailleur, le Fnuap. Pour cela, et très soucieux de l’éducation sexuelle complète des jeunes, ils ont initié une rencontre avec les jeunes des deux localités pour faire le plaidoyer et interpeller les collectivités locales et les autorités afin qu’elles soient sensibilisées sur la situation afin de pouvoir prendre en charge les questions liées au phénomène.

Des jeunes des localités de Tambacounda et de Bakel sont en conclave au centre de formation en santé. L’initiative est des responsables des deux centres conseils pour adolescents, grâce au concours du Fnuap, principal bailleur. Pendant deux jours, ces jeunes vont se pencher sur les questions liées à la sexualité complète mais aussi, il sera fait à l’issue, un plaidoyer pour interpeller les collectivités locales et les autorités, sur le retrait prochain du principal bailleur, le Fnuap et les conséquences que cela pourrait engendrer. En 2018, si les informations se confirment, le Fnuap va se retirer de la coopération. Cette situation qui semble préoccuper les responsables des CCA de Tambacounda et de Bakel, a poussé ces derniers a initié une rencontre de deux jours pour non seulement dérouler des séances de formations mais aussi surtout, porter un plaidoyer auprès des autorités pour leur faire part du retrait du bailleur. Madou Cissé coordonnateur de Tambacounda et Mamadou Diop Bâ qui ne veulent pas que leur travail abattu jusque-là soit vain, veulent tirer très tôt sur la sonnette d’alarme, afin que la situation qui se dessine soit palliée et qu’une solution heureuse soit trouvée. Si le Fnuap se retirait et que les collectivités locales n’interviennent pas dans la lutte pour la promotion de la santé sexuelle, il pourrait avoir des conséquences car, les CCA seraient sans moyens pour faire face au phénomène. C’est pourquoi, Madou Cissé de Tambacounda et Diop Bâ de Bakel veulent faire porter le plaidoyer aux jeunes pour qu’ils en informent les collectivités locales afin qu’il soit inscrit dans leurs budgets la prise en charge de la lutte pour la promotion de l’éducation sexuelle.

Source : tambacounda.info

About Diouf Babacar

Voir aussi

TOUBA – Une 4×4 tente de braquer un commerce et ouvre le feu à deux reprises.

Share this on WhatsApp Nuit du dimanche mouvementée au quartier de Darou Miname, avec deux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)