Accueil / International / Les femmes iraniennes GAGNENT une bataille contre le code VESTIMENTAIRE

Les femmes iraniennes GAGNENT une bataille contre le code VESTIMENTAIRE

La police de Téhéran se montrera désormais plus indulgente à l’égard de ceux qui contreviennent aux lois islamiques, notamment des femmes qui ne portent pas de vêtements longs et ne se couvrent pas les cheveux. Mais ces changements ne concerneront que la capitale iranienne. Les personnes n’observant pas le code vestimentaire islamique en place en Iran depuis la révolution de 1979 ne seront plus arrêtées à Téhéran, a annoncé le chef de police de la capitale iranienne Hossein Rahimi. «En accord avec la décision du commandant des forces de police, ceux qui ne respectent pas le code vestimentaire islamique ne seront plus placés dans les centres de détention et leur infraction ne sera pas inscrite à leur casier judiciaire», a déclaré M.Rahimi cité par le journal Sharq.

Cette annonce marque un assouplissement des normes islamiques rigoureuses imposées en Iran il y a 38 ans.  Toutefois, il reste beaucoup de partisans de la ligne dure au sein des forces de l’ordre iraniennes, ce qui compliquera la mise en application de cette décision. D’après l’agence semi-officielle iranienne Tasnim, les poursuites judiciaires seront remplacées par des cours spéciaux donnés par la police. Les délinquantes à répétition risquent toutefois d’être poursuivies en justice. En plus, le code vestimentaire strict sera maintenu hors de la capitale iranienne. Depuis près de 40 ans, les Iraniennes doivent se couvrir les cheveux et porter de longs vêtements amples. Les femmes plus jeunes et plus libérales repoussent assez loin les limites du code vestimentaire, portant des foulards qui ne couvrent pas entièrement leurs cheveux et du vernis à ongle, ce qui provoque l’ire des conservateurs.

La police de la moralité iranienne — semblable à la police religieuse de l’Arabie saoudite — interpelle les contrevenantes et les escorte vers une voiture de police. Leurs familles sont ensuite obligées d’apporter des «vêtements décents» aux détenues. Les contrevenantes doivent alors signer un formulaire promettant de ne plus commettre cette infraction. Les hommes peuvent aussi être arrêtés par la police s’ils sont vus en short ou torse nu. En 2016, la police de Téhéran avait annoncé son intention d’affecter 7.000 hommes et femmes à une nouvelle division de policiers en civil qui auraient pour mission de surveiller la moralité publique et faire respecter le code vestimentaire.

About Diouf Babacar

Voir aussi

Yémen : un raid contre un bus fait 51 morts, dont 40 enfants

Share this on WhatsApp Ce bombardement survenu la semaine dernière est attribué à la coalition …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)