,

LES PRODUCTEURS DES NIAYES INVITÉS À TRAVAILLER ’’EN SYNERGIE’’

Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Papa Abdoulaye Seck, a invité les acteurs de l’horticulture ’’à travailler en synergie’’ pour l’atteinte des objectifs du secteur, avec l’appui des pouvoirs publics.

Au terme d’une visite de 2 jours dans les Niayes, il a appelé dimanche les producteurs “à travailler en synergie, avec l’appui et l’accompagnement de l’état, pour l’atteinte totale des objectifs’’ assignés au secteur, ’’c’est-à-dire une production de qualité et en quantité, pour l’autosuffisance et une sécurité alimentaire au Sénégal”.

Dans cette perspective, a-t-il dit, la Direction de l’horticulture, l’Agence nationale de conseil agricole et rural (ANCAR) et le Programme d’aménagement et de développement économique des Niayes (PADEN) demeurent “au service des agriculteurs et producteurs, afin que l’agriculture puisse être porteuse d’emplois pour les jeunes et moteur de la croissance économique du pays”.

Le PADEN, par exemple, a pour objectif de mettre en valeur le potentiel de production des Niayes pour accroitre les revenus des producteurs et productrices et contribuer à réduire d’au moins 50 pour cent la pauvreté des ménages sénégalais.

Le Sénégal compte certes une production satisfaisante en produits de l’horticulture, mais il lui reste à relever ’’le défi de la commercialisation’’, a relevé Papa Abdoulaye Seck dont la visite l’a conduit successivement à Cayar, Notto Gouye Diama, dans la région de Thiès (ouest).

Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural s’est ensuite rendu à Potou, dans la région de Louga (nord-ouest), où il est allé à la rencontre des producteurs dans leurs champs.

Selon lui, l’Etat “a dégagé d’importants moyens pour accompagner les producteurs maraichers, avec un investissement de plus de 2 milliards de francs CFA” pour la réalisation de pompes solaires, d’abris-séchoirs pour la conservation de l’oignon.

S’y ajoute l’installation de magasins de stockage frigorifiques à Cayar, Notto Gouye Diama, Mboro, Potou, dans toute la zone des Niayes et dans la vallée du fleuve Sénégal.

Les pouvoirs publics ont de même subventionné le matériel agricole, les intrants et les semences, sans compter d’autres mesures telles que le gel des importations des produits agricoles comme le riz, l’oignon et la pomme de terre, pour faciliter l’écoulement des productions locales.

Au total, “l’Etat du Sénégal a fait son devoir vis-à-vis des agriculteurs et producteurs’’ qui peuvent s’adonner à leurs activités “toutes les saisons’’, s’est satisfait El Hadji Diamyodi Bâ, président de la Fédération des producteurs des Niayes.
aps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Macky Sall à ses militants en France: “Il faut que la discipline règne dans le parti”

Prison de Thiès et Rebeuss : 630 détenus en attente de leurs jugements selon l’ASRED