,

LOUGA/LITIGE FONCIER À DIOKOUL: «NOUS SOMMES ENGAGÉES À RÉÉDITER LE ‘’SUICIDE COLLECTIF DES FEMMES DE NDER’’

Foncier Pour nous reconquérir nos terres», «Nous sommes engagées à rééditer le ‘’suicide collectif des femmes de Nder’’martèle la porte-parole des femmes de Diockoul Dieuwrine Madame Khady KÂNE Le litige foncier qui oppose une importante frange des populations au Maire de Diockoul dans le Département de Kébémer, est-il loin de connaître son épilogue?   On est tenté de se poser la question au regard des hostilités qui se sont prolongées par un large rassemblement cet après-midi du vendredi 23 juin 2017 à Diockoul. Et cela, malgré la libération des six personnes arrêtées et gardées-à-vue depuis les affrontements entre les populations et quelques-uns des travailleurs du projet Sénégindia.
Plusieurs orateurs sont ainsi montés au créneau pour charger à qui mieux le Maire Cheikh Saadibou DIACK. Les réfractaires au projet en, attendant la décision de cette affaire portée à la Cour Suprême, entendent de battre opiniâtrement pour recouvrer leurs terres entièrement occupées par ledit projet. Khady KÂNE, porte-parole des femmes de Diockoul, est allée plus loin en déclarant dans une salve d’applaudissements: «Nous sommes engagées à rééditer le ‘’suicide collectif des femmes de Nder’’ pour nous reconquérir nos terres». Justifiant ainsi sa position on ne peut plus radicale, elle ajoute: «Nous ne pouvons que nous ranger derrière nos hommes qui ne savent à quel saint se vouer.
Que nous reste-t-il si ce ne sont nos terres? Nos enfants ne peuvent plus s’expatrier en raison des risques de l’immigration ni s’installer dans les grandes villes aux conditions de vie tout aussi difficiles. C’est alors nous réduire tous en misérables que de spolier nos périmètres agro-pastoraux valorisés contre notre gré et dont nous ne voyons jamais pas les retombées». Rappelant les incidents qui ont émaillés la journée du lundi 19 juin 2017, elle éclaire: «Parmi les six qui ont été malmenés et trainés en prison, une des nôtres: une femme de Nder qui a été en bagne depuis ce jours en compagnie de misère de cinq autres hommes, tous inculpés». «Celle-ci inculpée n’a dû son emprisonnement qu’à s’interposer témérairement entre son frère et le chauffeur du Maire qui avait même usé d’arme à feu pour l’intimider. Quoi de plus discriminatoire qui évoquerait dans le langage de la savane l’histoire de Coumba l’orpheline?», conclut-elle.
Lui emboitant le pas, Mbacké FALL, membre du collectif des paysans de Diockoul rappelle comme pour continuer de charger le Maire DIACK: «Notre rassemblement a pour objet de s’opposer au projet Sénégindia qui ne passera pas pour plusieurs raisons. D’abord le maire ne mérite plus notre confiance. Ce n’est pas pour la première fois que cet élu local nous met en difficulté. Pour rappel, il avait initié un projet caprin à propos duquel ses administrés avaient tous été contribuables. Ce projet a connu une impasse jusqu’ici». Et il conclut à son tour: «Nous attendons la Cour Suprême qui va délibérer sur cette affaire le 05 juillet 2017 pour donner suite à notre perspective de lutte pour recouvrer nos terres».
Khadidiatou DIALLO, responsable des femmes de Kébémer-commune abondera dans un sens différent: «Je suis déléguée par Khalifa Ababacar DIA, Coordonnateur Départemental du Benno Bokk Yakaar. C’est en signe de solidarité aux populations dont certaines d’entre elles sont des partenaires du Président Macky SALL dans son œuvre de construction nationale. Monsieur DIA préconise l’implication du Chef de l’Etat à la solution à ce problème.»
Source : LOUGAWEBMEDIAS.COM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

TAMBACOUNDA : UNE PARTIE DE LA COMMUNAUTÉ MUSULMANE À FÊTÉ LA KORITÉ

KAFFRINE : LES PRIX DES DENRÉES ALIMENTAIRES RESTENT STABLES (SERVICE DU COMMERCE)