,

Métiers du pétrole et du gaz : Le gouvernement engage la réflexion sur les filières

Dans le but de déterminer les filières de formation dans les métiers du pétrole et du gaz, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a engagé une réflexion avec les acteurs du monde universitaire et ceux du secteur concerné. A chaque étape dans le domaine du pétrole, des métiers spécifiques. De l’amont pétrolier qui concerne les phases d’exploration et de production et l’aval avec le raffinage et la distribution, des ressources humaines qualifiées seront recherchées : des ingénieurs géologues, géophysiciens et hydrogéologues, des juristes, fiscalistes, entre autres. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche veut ainsi prendre les devants avec une grande réflexion sur les métiers du gaz et du pétrole. Ceci, en partenariat avec le Royaume-Uni dont beaucoup d’entreprises sont engagées dans l’exploration et l’exploitation du pétrole et du gaz au Sénégal. « A l’heure actuelle, au Sénégal, en dehors de la formation d’ingénieur donnée par l’Institut des sciences de la terre (Ist) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) dans le domaine de la géologie et de la géophysique, ainsi que des formations organisées par les sociétés de distribution de carburant et de lubrifiant à l’attention de leur personnel, il n’existe pas de formations liées directement aux métiers du pétrole et du gaz », a détaillé la note de présentation.

Dans son introduction générale aux métiers du pétrole et du gaz, Idrissa Bodian, de l’Institut africain de l’énergie, a détaillé les métiers spécifiques à ce domaine et à toutes les phases. « Les multinationales doivent avoir du répondant de qualité dans nos pays surtout au niveau des ministères », a-t-il prévenu. Avec un comité de pilotage dirigé par le Pr Ramatoulaye Diagne Mbengue, conseillère technique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la commande publique dans le domaine des ressources humaines doit être satisfaite par les universités publiques, notamment en ce qui concerne les domaines du pétrole et du gaz.

« La volonté affichée par les plus hautes autorités du pays est d’exploiter et valoriser localement la production de pétrole et de gaz. Ce qui implique la création d’une véritable industrie des hydrocarbures et son corollaire obligatoire, à savoir la mise en place de nouvelles filières de formation », a-t-elle expliqué. Cette grande volonté de l’Etat du Sénégal a été maintes fois réaffirmée, selon Alioune Sarr, ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des Pme, avec la prochaine création de l’Institut national du pétrole et du gaz. Lequel sera basé dans les anciens locaux de l’Université du futur africain (Ufa), entre Diamniadio et Sébikotane. Cet institut formera dans ces métiers avec des diplômes d’ingénieurs, de techniciens, de cadres juridiques et commerciaux. Dans l’enseignement privé aussi, il y a certaines institutions qui offrent des formations dans le domaine du pétrole et du gaz. Cette réflexion se fait aussi avec des acteurs du secteur ainsi que des entreprises étrangères qui sont au Sénégal dans l’exploration et l’exploitation pétrolière et gazière.

Source : le soleil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Foundiougne : Sirmang, terre de dévotion et d’apaisement des angoisses

Thiès-None et Sapco : Une unité de transformation de céréales pour les femmes