Accueil / A la une / MOUVEMENTS DE GRÈVE DANS LE MILIEU SCOLAIRE À BAKEL

MOUVEMENTS DE GRÈVE DANS LE MILIEU SCOLAIRE À BAKEL

L’année scolaire 2016/2017 fait partie des années rares, depuis maintenant plusieurs décennies, au cours desquelles, élèves et enseignants ont travaillé sans perturbation majeure.
Bakel est très loin de la capitale du Sénégal, mais le virus de la contestation << scolaire >> ne l’a pas épargné.
A travers les réseaux sociaux, les téléphones portables sophistiqués, les acteurs du système éducatif communiquent et se partagent les informations (bonnes ou mauvaises) à la seconde-près.
Dès les premiers jours de cette année scolaire, les prémisses de futures agitations se faisaient sentir :
-les enseignants revendiquent toujours l’éternel respect des accords signés avec le gouvernement
-les élèves (surtout ceux des classes d’examens) s’égosillent aussi et encore pour avoir un professeur de mathématiques ou de philosophie et parfois même dans toute une région, on ne trouve aucun professeur d’art (musique, dessin). Même les professeurs d’EPS deviennent une denrée rare, au moment où l’on crie à une plus grande considération du sport scolaire (UASSU).
-les parents d’élèves chuchotent, entre eux, le coût actuel de leur niveau de vie.
Pour cette année scolaire-ci (2017/2018), le ton était donné avant les fêtes de fin d’année. En effet, le Collège de la Commune de Bakel avait revendiqué pendant 48 heures le manque de professeurs mais aussi des problèmes d’électrification et de toilettes.
Le deuxième trimestre est mal parti, avec déjà, dès le 2e jour de classe la remarquable sortie des élèves du CFP/HLM réclamant à leur tour un professeur de Mathématiques et un autre en Restauration.
Le virus continue de ronger le système. C’est ainsi que depuis le Lundi 08 Janvier, le CFP, sur la route de Tuabou est aussi entré dans la danse, exigeant des professeurs de Mathématiques et de Froid-Climatisation.
Tous ces établissements délogeaient les autres écoles de la commune (prescolaires, élémentaires comme les deux collèges et le Lycée Waoundé Ndiaye) pour donner une ampleur et plus de considération à leur mouvement.
Le dernier en date a été particulièrement violent, nécessitant la sortie des services de sécurité pour le maintien de l’ordre. C’est à cette occasion, qu’une bombe lacrymogène est tombée dans la cour de l’Ecole IMDB, créant la panique (bruit et forte odeur de lacrymogène). Certains enfants, ne pouvant supporter cette odeur ont été évacués au poste et au district de Santé.
Depuis mardi, la tension persiste car les élèves du Centre (un noyau dur de neuf élèves) ne veulent reprendre qu’avec l’affectation d’un professeur de Froid-Climatisation dans leur établissement.
Le Président du Conseil Départemental, monsieur Ibrahima Diallo, le 1er Adjoint au Maire monsieur Tairou Diakhité, l’IEF, monsieur Amadou Al Housseynou Sarr, le Président de l’UDAPE, monsieur Moussa Coulibaly, le Directeur du centre, la Présidente de l’APE, des bonnes volontés n’ont ménagé aucun effort pour le retour à la << normale >>. A chaque étape, l’Adjoint au préfet monsieur Ousmane Ngom a été informé de la situation puisque les << enfants >> avaient déposé au préalable sur sa table une demande d’autorisation de grève.
C’est ce mercredi matin que les autorités citées ont rencontré tous les 140 élèves du Centre accompagnés par les parents dans la salle 4 de l’établissement.
Tout semble rentrer dans l’ordre : en tout cas, les élèves ont promis de reprendre les cours dès le Jeudi 11 Janvier.

Source :  bakelinfo.com

About Diouf Babacar

Voir aussi

Bokhol : les femmes de la localité reçoivent un financement 500

Share this on WhatsApp Share this on WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)