Accueil / Actusrégions / Ouagadougou: Bransan et Médina Bransan, un modèle d’organisation réussi par SGO au tour de la gestion de l’eau et du tracteur

Ouagadougou: Bransan et Médina Bransan, un modèle d’organisation réussi par SGO au tour de la gestion de l’eau et du tracteur

Bransan et médina Bransan sont deux villages voisins de la commune de Sabodala. Ils avaient en commun le difficile accès à l’eau potable, aussi bien pour les humains que pour le cheptel. Non seulement Sabodala Gold Operations (SGO) transcende cette question, mais aussi réussit le tour de passe consistant à les organiser au tour de la gestion de ce liquide précieux.

A Bransan et Médina Bransan, l’eau ne coulait pas à flot. La moteur du forage qui y est installé par la puissance publique était grippée. L’important cheptel tout comme les populations en souffraient terriblement, et il fallait recourir aux puits, avec tout ce que cela avait comme conséquences sur leur santé. La situation devenue intenable tombe dans les oreilles du directeur du département des relations communautaires de SGO. Issa Dabo enfourche son cheval pour s’imprégner de cette épineuse problématique. « Nous avons de la peine à vivre ce genre de situation que vivaient nos paisibles voisins de Bransan et de Médina Bransan, qui en avaient à juste titre perdu le sommeil. Et comme nous avons une stratégie globale de développement de la région de Kédougou avec trois axes majeurs dont la sécurité alimentaire, nous avons mis en branle nos mécanismes pour non seulement trouver une solution par rapport à l’accès à l’eau potable, mais aussi les organiser pour une gestion efficace, rationnelle et durable de l’eau», nous-t-il confié.

La compagnie minière y a construit un forage de 100m3, fait des branchements pour 8 bornes fontaines, mis en place deux bassins pour l’abreuvement du bétail, l’Etat met un générateur et le tour est joué. SGO met un million et demi de nos francs d’espèces sonnantes et trébuchantes à la disposition de l’Association des usagers de forage (Asufor), celle-ci s’organise et parvient à se faire des bénéfices, après avoir déduit les charges. Les services d’un conducteur dévoué et chevronné sont requis, et les membres du bureau de l’Asufor se diront satisfait de ses prestations, surtout en termes d’entretien de l’infrastructure. A ce jour, les populations de Bransan et de Médina Bransan cherchent à tirer l’eau dans les ménages, elles s’y préparent et comptent surtout sur le concours des pouvoirs publics locaux et centraux.

Un tracteur climatisé de 130 chevaux mis à la disposition des populations de Bransan et Médina Bransan.

Dans le domaine de la restauration ou de l’amélioration des moyens de subsistance des communautés, SGO a mis à leur disposition un tracteur entièrement équipé avec lequel les populations s’activent dans l’agriculture. Un comité de gestion est mis en place, et les services du tracteur sont payants. Ce qui fait qu’à ce jour, des sommes non négligeables d’argent sont engrangées. En perspective, les populations envisagent de déblayer de grandes surfaces arables pour les emblaver et contribuer ainsi à la lutte contre l’insécurité alimentaire.

Bransan, « un modèle à suivre ».

« Nous avons mis autant d’argent dans d’autres contrées pour l’accès à l’eau potable, acheté des équipements agricoles, défriché des champs mais jusqu’ici, les communautés peinent à en tirer le maximum de profit. Je pense que c’est un problème d’organisation qui se pose de la part des communautés dont certaines n’ont pas encore compris l’importance de nos orientations consistant à développer l’agriculture qui est une activité durable. Nous allons nous y employer en développant d’autres stratégies, en montrant aux autres le mode d’organisation des communautés de Bransan et Médina Bransan », a avancé Issa Dabo.

Le PUDC toujours attendu.

Une plateforme multifonctionnelle tendant à alléger les travaux des femmes de la contrée est promise par le PUDC, du moins si l’on en croit des témoignages recueillis sur place. SGO construit un abri, hélas, le PUDC traine les pieds, jusqu’au moment où nous écrivons ces lignes, aucun équipement n’a encore été mis en place, à Bransan tout comme à Mamakhono.

Source : tambacounda.info

About Diouf Babacar

Voir aussi

Sédhiou : Saisie de 72 kg de chanvre indien, 2 individus arrêtés

Share this on WhatsApp La gendarmerie a frappé fort à Djibanar, localité située dans le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)