lundi , octobre 15 2018
Accueil / International / Quand la décision D’ADOUCIR le ton sur Donald Trump provoque un TOLLÉ dans la presse MAINSTREAM

Quand la décision D’ADOUCIR le ton sur Donald Trump provoque un TOLLÉ dans la presse MAINSTREAM

Après avoir massivement soutenu Hillary Clinton lors de la campagne présidentielle, les médias mainstream américains peinent à se positionner face à Donald Trump. Habitués à critiquer le nouveau président, la presse états-unienne fait la grimace face aux tentatives de certains journalistes d’adoucir le ton. Les journalistes du Wall Street Journal sont mécontents de la politique de Gerard Baker, rédacteur en chef du journal, qui essaie de rendre le ton plus paisible et moins conflictuel dans les articles concernant le président américain Donald Trump, annonce le New York Times.  Selon le New York Times, lors d’une réunion de Gerard Baker avec les employés du Wall Street Journal, le rédacteur en chef a conseillé à tous ceux qui soutenaient une approche plus oppositionnelle dans la couverture des activités de l’administration Trump, de se trouver un nouvel emploi. « Je suis un peu agacé quand j’entends dire que nous sommes trop tendres envers Donald Trump », a déclaré Gerard Baker lors de la réunion, cité par le New York Times.

La situation s’est aggravée à la rédaction du Wall Street Journal, il y a deux (2) semaines, quand Baker a demandé à ses employés d’éviter l’expression « sept (7) pays dont la population est majoritairement musulmane», en référence au décret du président américain sur l’immigration. Expliquant sa position, Gerard Baker a précisé que l’« expression était surchargée (sémantiquement) », et ajouté que le décret portait non sur des pays à population « majoritairement musulmane », mais sur des États qui figurent sur la liste des pays à risques, rédigée encore sous l’administration Obama.

Il est évident que le rédacteur en chef du Wall Street Journal n’essaie pas de faire à tout prix des louanges à Donald Trump. Son intention est d’être objectif. Interrogé sur la chaîne NBC, Gerard Baker a affirmé que, si les déclarations de Donald Trump étaient souvent « contestables », « il est de la responsabilité du journal de présenter simplement l’ensemble des faits et de laisser le lecteur se faire sa propre opinion ». Habituée à critiquer le nouveau président, la presse américaine s’attaque souvent à sa famille. Ainsi, depuis son arrivée à la Maison Blanche, la nouvelle première dame a fait l’objet de nombreuses critiques, que ce soit pour son discours plagiant celui de Michelle Obama ou son absence dans les premières semaines de Donald Trump en tant que président. Mais récemment, un journaliste du New York Times a forcé le trait, déclarant que Melania était « une pute ». La presse doit être libre, certes, mais l’objectivité et la politesse n’ont pas encore été bannies de la société.

LES AMÉRICAINS PENSENT QUE DONALD TRUMP EST PLUS HONNÊTE QUE LES MÉDIAS MAINSTREAM

Un sondage récent mené aux États-Unis a révélé une curieuse tendance. Malgré la forte influence de la télévision aux USA, les Américains font de plus en plus confiance au président du pays et se méfient des informations des médias. 49 % des électeurs américains font confiance à ce que dit le président Donald Trump, tandis que seulement 39 % d’entre eux estiment que les médias US disent la vérité, selon un sondage récent de l’Emerson College, une université de la ville de Boston. Joe Lauria, auteur et journaliste indépendant dans le domaine des affaires étrangères, a commenté à  les résultats de ce sondage. « Ce sondage montre que les électeurs américains ne sont pas aussi simples qu’on le croyait. Ils n’ont réellement confiance ni en Trump, ni dans les médias, ce qui est très préoccupant », a-t-il déclaré.

Dans le même temps, il a expliqué que ces résultats étaient attendus, étant donné que la crédibilité des médias était décroissante depuis déjà plusieurs années, car l’industrie de l’information elle-même a beaucoup changé, en donnant la priorité au contenu de divertissement. « Sur YouTube, vous pouvez trouver des émissions de la télévision américaine des années 1960, 70, ou 80. Il suffit de comparer : la même CNN donnait plus d’informations en 20 minutes qu’elle ne le fait actuellement en un jour », a fait savoir M. Lauria. Le journaliste américain a remarqué qu’auparavant les chaînes de télévision américaines s’occupaient de journalisme d’investigation, elles organisaient des émissions de haute qualité en direct du Proche-Orient. En bref, d’après lui, elles produisaient du contenu. « Maintenant, la télévision est partie en vrille, parce qu’aujourd’hui elle se concentre entièrement sur le profit. En Amérique, tout se concentre maintenant sur le profit, le profit est roi », a-t-il déploré.

Le sondage a démontré que les Américains étaient fatigués d’écouter des entreprises médiatiques qui « parlent rarement d’un mensonge ehonté, il s’agit plutôt de demi-vérités ». Dans le même temps, il a noté qu’après tout, ces nombreux Américains avaient voté pour Trump et continuaient à le soutenir. « Probablement, les Américains donnent tout simplement du temps au président, pour eux c’est plus facile de le croire », a-t-il indiqué en commentant les résultats du sondage. En parlant du soutien populaire de Donald Trump, le journaliste a rappelé que la plupart des médias mainstream, au contraire, critiquaient constamment le nouveau président, en prenant explicitement une position pro-démocrate. Une preuve, selon lui, est l’absence de critiques envers l’ancien président Barack Obama, qui venait du Parti démocrate. « Presque personne n’a jamais demandé de comptes à Barack Obama au sujet des frappes de drones américains, des échecs dans la politique intérieure, des agressions contre d’autres pays, de la révolution en Ukraine. Tout cela a été refusé par les médias mainstream », a-t-il conclu.

About Diouf Babacar

Voir aussi

JOURNALISTE SAOUDIEN DISPARU : Riyad promet une RIPOSTE à toute sanction économique

Share this on WhatsApp Menacées hier par Donald Trump «punition sévère» si leur implication dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)