,

Saint-Louis : les victimes du Diabète se multiplient (vidéo)

La sédentarité, l’obésité, le manque de pratiques d’activités physiques et la malbouffe ne sont toujours pas extirpés des habitudes des Saint-Louisiens et ce, malgré les nombreuses activités de sensibilisation et les multiples campagnes de la dynamique Association des Personnes Diabétiques de Saint-Louis.  La maladie, tenace, persiste à Saint-Louis poussant aux acteurs d’adopter de nouvelles stratégies de lutte.

Au niveau des services du centre hospitalier régional de Saint-Louis, nombreuses sont les consultations qui décèlent  le diabète, renseigne le docteur Blaise Magloire Ngouamba qui tenait, samedi, une conférence sur le thème «  le Diabète en question ». Par ailleurs., « les dames sont plus promptes que les hommes à sa faire consulter et pourtant ce sont eux qui les financent à le faire », dit le docteur. Un comportement ” dangereux” qui n’encourage pas le recul de la maladie.

En plus des échanges sur le mode de transmission de la maladie, parfois héréditaire, sur les mesures de prévention et sur les modes de traitement, l’Association par la voix de son président Doudou DIOP, a apprécié le niveau de prise en charge de la maladie. Quelques contraintes notées devront être corrigées à la suite d’une rencontre que la structure tiendra avec la direction de l’hôpital de Saint-Louis.

Source : ndarinfo

One Comment

Leave a Reply
  1. LA SPIRITUALITÉ, UN VÉRITABLE ESPOIR DANS LA PRÉVENTION ET LA PRISE EN CHARGE DU DIABÈTE !!!
    D’un commun accord, la prise en charge du diabète se limite essentiellement à la recherche d’un équilibre glycémique, le meilleur possible, par le régime et éventuellement par des médicaments antidiabétiques oraux, voire l’insuline, selon le type de diabète. Certes, c’est une mesure indispensable, une mesure fondamentale, mais insuffisante, dans bien des cas, pour prévenir la survenue des complications (rétinite, néphropathie, neuropathie, coronaropathies etc.). En effet, certains malades développent précocement des complications graves, en dépit d’une thérapeutique correcte et d’un équilibre glucidique le plus physiologique possible ; par contre, d’autres peu disciplinés dans leur régime, sont indemnes de complications. Indéniablement, il y a ‘’une susceptibilité personnelle qui fait que pour une même durée de diabète et une même qualité de contrôle de la glycémie, certains patients feront des complications graves et d’autres pas du tout’’. Il y a là donc une intéressante piste de recherche. Et dans cette perspective, il est plus que vraisemblable que le psychisme soit déterminant dans cette susceptibilité personnelle, par le biais de l’immunité, ce d’autant que l’auto-immunité est clairement en cause dans la survenue du diabète de type I (insulinodépendant) et de certaines complications. Oui, rien d’étonnant quand on sait que ‘’le postulat de la modulation des réponses immunitaires par les événements psycho-affectifs a une base scientifique. Et c’est dire toute l’importance d’une vie saine – et donc de la spiritualité, tant dans la prévention que de la prise en charge du diabète sucré. Et très vraisemblablement, c’est la non prise en compte de cette importante donne qui explique la très grande fréquence des complications dans les pays dits développés, matérialistes à outrance, en dépit des énormes moyens dont ils disposent.
    Selon cette hypothèse, la spiritualité jouerait vraisemblablement un rôle de modulateur sur la micro circulation, peut-être par le biais des prostaglandines, entre autres, qui interviennent sur tous les phénomènes en rapport avec l’homéostasie de l’organisme ; ainsi, elle agirait favorablement sur le processus vasculaire généralisé qui fait toute la gravité du diabète, et dont la rétinite est un aspect particulier très évocateur. La spiritualité apporterait donc des réponses physiologiques complexes, pour maintenir un équilibre savant ou pour corriger une rupture de cet équilibre, presque toujours en cause en pathologie médicale.
    En vérité, l’homme est à la fois corps et âme. Et dans cette perspective, la dimension spirituelle est de loin la plus importante ; Voilà donc un axe de recherche très prometteur ; une perspective qui permettra très vraisemblablement de faire des avancées notables en thérapeutique – Un défi biblique et coranique !!!
    Dr Mouhamadou Bamba NDIAYE – Ancien Interne des Hôpitaux de Dakar – Pédiatre à Thiès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Saint-Louis : les meilleurs élèves de l’Espace Elémentaire d’Excellence, primés

LÉGISLATIVES 2017 : Plus de 60% de cartes biométriques non retirées dans le département de Ziguinchor