SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : LES CAPACITÉS DES ACTEURS LOCAUX DE MATAM RENFORCÉES

La délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale (DGPSN) a organisé un atelier décentralisé à Matam, à l’intention des acteurs locaux de la protection sociale, de l’agriculture, de la sécurité alimentaire et de la nutrition, a constaté l’APS.

Organisé mardi de concert avec l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), l’atelier visait à renforcer les capacités des acteurs locaux sur les thématiques relatives la protection sociale et la sécurité alimentaire, la nutrition ainsi que l’agriculture.

A cette occasion, le directeur des stratégies et de la planification à la DGPSN, Ousmane Basse a insisté sur la nécessité de « créer une synergie en collaboration et une bonne coordination de ces trois thématiques ».

Selon lui, « les pays qui sont arrivés à combattre la pauvreté n’ont pas seulement utilisé les instruments de la protection sociale qui sont certes nécessaires mais ne suffisent pas ».

« On a vu des pays comme le Ghana, l’Afrique du Sud intégrer ces différentes thématiques. Ils ont mis en place des politiques de protection sociale qui sont alliées à des politiques d’agriculture, de sécurité alimentaire pour réduire la pauvreté », a indiqué M. Basse.

Le Sénégal selon lui « s’est inspiré de ces expériences et a mis en place un projet au niveau de la DGPSN en collaboration avec la FAO qui a financé ce projet ».

Au cours de cet atelier, trois panels ont été organisés, dont le premier sur le thème « Quelles synergies possibles pour une cohérence des interventions sur Matam ». Les deux autres thèmes portent sur « L’agriculture, la sécurité alimentaire, la protection sociale » et « Quels défis à relever et quel rôle pour le registre national unique dans la coordination ».

« C’est un atelier important qui est venu à son heure, on a vu une mobilisation de l’ensemble des services techniques déconcentrés, des collectivités locales et des autorités administratives. La réflexion a été féconde, il y a eu beaucoup de recommandations, des suggestions d’amélioration à commencer par les cadres de coordination », s’est réjoui Ousmane Basse.

APS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*