,

SEDHIOU – MANIFESTATION DE RUE DES POPULATIONS DE GOUDOMP : L’ACHEVEMENT DU CHANTIER DE L’HOPITAL EXIGE

Très en colère et excédées d’attendre, les populations de la commune de Goudomp ont exprimé, vendredi dernier 2 juin leur sentiment d’irritation mêlé de déception face aux lenteurs constatées dans la construction de leur hôpital. Les évacuations se font sur Ziguinchor, situé à une cinquante de kilomètres de là. Malades, accidentés et femmes enceintes en pâtissent le plus sous, le regard impuissant de leurs proches. Un mémorandum est remis au préfet pour information et diligence de la hiérarchie.
Les populations de la commune de Goudomp ont investi la rue vendredi pour se faire entendre. Ils dénoncent avec impétuosité les lenteurs constatées dans les travaux de construction de l’hôpital dont a bénéficié le département et en chantier depuis 2005. «Goudomp est érigée commune en 1990 et couvre une superficie de 6,75 km2 pour une population qui avoisine les 15.023 habitants. En 2008, Goudomp est érigée chef- lieu de Département et avec le conflit armé en Casamance à l’origine de vastes mouvements de populations, elle a accueilli les populations des villages environnants touchés par l’insécurité. Ce rythme accéléré de la croissance démographique n’a pas été suivi de réalisation d’infrastructures sociales de base comme les structures de santé», lit-on dans le mémorandum cosigné par Arona Sadio, le rapporteur et Yancouba Diassy et Omar Barada Sadio, membres du comité d’organisation de la marche.
Et les manifestants de poursuivre: «au jour d’aujourd’hui, tout le département de Goudomp se réfère à l’unique poste de santé de Goudomp lequel n’est qu’une transformation, en 2005, des locaux du District sanitaire Voilà pourquoi des évacuations de toutes sortes de malades sont effectuées sur Ziguinchor sur une distance de cinquante-deux kilomètres. Et  pour  chaque  cas, les  infirmiers  chefs  de  poste  qui réfèrent  les  malades, doivent  d’abord  appeler  à Ziguinchor, pour  s’informer  de la  disponibilité des lits».
LE DRAME DE SIMBANDI, LE COMBLE A L’ORIGINE DU SURSAUT POPULAIRE
L’accident dont ont été victimes des commerçants ambulants des loumas (marchés hebdomadaires) le 11 avril dernier était le comble de désolation, avec des malades couchés à même le sol qui étaient  en train d’être soignés faute de disponibilité de salle, de matériel et de personnel qualifié, déplorent les manifestants.  Face au préfet, ils ont fait observer que «cette marche pacifique est une protestation contre les lenteurs constatées dans la construction de cet hôpital. Quand nous interpellons les entrepreneurs au niveau du site, ils accusent   la directrice chargée de la construction d’être à l’origine de toutes les lenteurs», a indiqué Arona Sadio le rapporteur.  Aux yeux des manifestants, négliger ce chantier vital c’est mépriser le sort des milliers de vie des sénégalais bon teint alors que le plan Sénégal Emergent élève les ressources humaines au rang de sur priorité. Au demeurant, Goudomp sollicite l’arbitrage du Président, considérant de la République Macky Sall pour l’achèvement des travaux de construction de cet hôpital malade de ces entrepreneurs.
Source : sudonline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

TOUBACOUTA – LUTTE CONTRE LA DEFORESTATION : «NEBEDAY» AMBITIONNE DE REVETIR LES VILLES DE DAKAR, KAOLACK ET JOAL

PHÉNOMÈNE MIGRATOIRE : MACKY SALL SOUHAITE “UNE RÉPONSE DURABLE ET APAISÉE”