SENEGAL : À la découverte d’Ayuba Suleiman Ndiaye, ce sportif américain qui a pris la nationalité sénégalaise !

Un Sénégalais vivant aux États-Unis a fait une découverte exceptionnelle. Passionné des arts martiaux, il s’est rendu dans un combat où le drapeau du Sénégal a été hissé au moment où un sportif américain terrassait un autre.

La couleur de peau n’a pas attiré son regard. C’est le drapeau du Sénégal, en l’air marquant la victoire d’un champion qui a eu pour finalité, la rencontre de wiwsport avec Ayuba Ndiaye.

Il est né Joey Jones à Louisiana en 1977. Aujourd’hui, l’instructeur et pratiquant en Ju Jitsu Ayuba Suleiman Ndiaye, porte fièrement le drapeau du Sénégal dans toutes ses compétitions. Une nationalité qu’il a prise le 3 aout 2018 après plusieurs années de recherches sur ses origines et presque une trentaine de livres lus sur l’histoire de l’esclavage.

Des recherches qui l’ont conduit un peu partout en Afrique mais notamment au Sénégal où il est venu en 2016 et en 2017. Au pays de la Teranga, Ayuba confie qu’il n’a pas été dépaysé : « Il y’a beaucoup de similitudes entre la Louisiana et le Sénégal sur le plan culturel. Au Sénégal, j’ai visité des sites historiques, j’ai mangé des plats sénégalais, j’ai tout apprécié. D’ailleurs j’ai passé la fête de Tabaski 2018 à Dakar ». En effet, il s’est converti à l’islam informe-t-il.

Pratiquant de Jiu-Jutsu depuis 2007, un art martial du style lutte sans frappe avec des techniques différentes, il a décroché beaucoup de médailles avec son équipe le Sharpen Iron Academy (SIA) située au Texas . Très connu dans ce milieu, Ayuba Ndiaye, fan de Tyson, Bombardier et Balla Gaye veut aider les jeunes sénégalais.

Ce qu’il propose c’est de former ces jeunes dans le Jiu-Jitsu qui est une discipline liée à la lutte. « Les plus grands combattants en MMA ont été formés en premier par le Jiu-Jitsu qui est originaire du Brésil. Les lutteurs sénégalais pourront exceller dans cette discipline vu leurs qualités athlétiques, techniques et disciplinaires. Ils n’auront pas des problèmes pour s’adapter » rassure-t-il.

Pour celui qui n’a jamais aimé son prénom « Joey » le trouvant trop occidental pour le descendant d’esclave qu’il est, Ayuba Ndiaye a pris le nom de Ayuba Suleimane Diallo, le premier esclave à rentrer en Afrique. Le nom de famille Ndiaye, vous comprenez par là que l’appellation « Sénégal Ndiaye » a dépassé nos frontières. Cette reconnaissance à ses origines, Ayuba veut le mettre en pratique en aidant tous ces jeunes lutteurs sénégalais sans activité d’allier sports et études. Un projet d’exportation de la lutte au delà du continent africain mais aussi des cercles privés européens où il faut être au devant de la scène pour y intégrer.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*