Sénégal : Présidentielle 2019 Macky raconte sa vie…

Macky-Sall-Raconte-sa-vie

Macky raconte sa vie…

Samedi dernier, Fatick était en ébullition avec la venue de leur fils. Satisfait de cette mobilisation exceptionnelle, le candidat de Benno Bok Yakaar Macky Sall et enfant du terroir est revenu son enfance et ses parents.

En entrant à Fatick vers le coucher du soleil, le président sortant et candidat à sa propre succession Macky Sall a été accueilli par une marée humaine. Il fut obligé de descendre du véhicule pour marcher à pieds afin d’accéder au stade. Des militants survoltés portant des tee-shirts, des boubous en son nom, sans oublier les pancartes brandies et autres effigies et sifflets. Les cris et la musique fusaient de partout. Réjouit et très enthousiaste, il a fait une petite course avec les jeunes et autres responsables. Il avait le sourire aux lèvres grâce à cet accueil qui lui a été réservé. A sa prise de parole d’emblée, il tient sa citation préférée en fond de musique. » O fagnin fagn fagn fagn o watiatia ». Il indique aux Fatickois sa satisfaction de cette déferlante qui l’a accueillie dans son Fatick natal. » Vous avez gagné le pari de la mobilisation de toutes les localités où je suis passé. Vous m’avez montré que Fatick m’appartient et que je suis bien chez moi grâce à cette mobilisation exceptionnelle de la jeunesse. Je n’ai pas pu résister de descendre de la voiture et de faire la course à pieds avec vous. Je suis heureux et ému d’être à Fatick. Fatick, mon royaume d’enfance, la terre qui m’a vu naitre et grandir. C’est ici à Fatick que j’ai ouvert les yeux au monde. C’est ici à Fatick que j’ai fait mes premiers pas. C’est l’endroit qui me parle le plus au monde pour me rappeler mon enfance et me faire le récit de mon parcours », déclare Macky Sall. Il soutient que Fatick est sa terre et celle de ses parents qui ont été bien par les Sérères de cette contrée. « Tout m’est familier ici, les hommes, les femmes, les jeunes, les sages, les visages joyeux qui m’expriment une affection de fidélité, les rues de Fatick, les concessions, les coins et les recoins de la ville de Mame Mindiss (ndlr: le génie de la ville). Rien ne m’est très cher à Fatick. C’est pourquoi je ne peux que vous remercier. Merci d’avoir accueilli à bras ouverts mon père venu de son Fouta natal en 1948, à la vigueur de l’âge. Mon père Amadou, avait entendu parlé des travaux publics dans ces contrées lointaines de l’époque parce que le transport n’était pas encore ce qu’il est aujourd’hui. Il a pris son courage à deux mains et pleins d’essorts et de détermination. Il est venu chercher du travail ici comme on sait si bien le faire dans cette terroir du Sine. Il est venu donc travailler à la sueur de son front pour gagner dignement sa vie. Travailler, garder sa liberté et refuser de tendre la main », conte le candidat de Bby. Avant de poursuivre : » Grâce à la générosité des Fatickois. Quand mon père ouvrier agricole, fut rejoint par ma mère Coumba Amadou Thimbo, femme au foyer, toute aussi brave pour finalement s’établir et fonder un foyer ici à Fatick en plein Sine. Populations du Sine, Aux noms de mes parents Amadou Sall et Coumba Thimbo je vous dis merci ». Il vante les valeurs de cette localité sérère dont il est issu comme si en faisant allusion aux propos de l’ancien président Abdoulaye Wade qui traitait ses parents d’antrophases… » C’est une terre d’accueil et d’ouverture, de générosité et d’intégration, mais aussi terre de fierté, de dignité, de labeur, de courage et de courage et de refus. Toutes ces valeurs sont incarnées par le peuple Sérère qui m’a adopté. Ce sont toutes ces vertus du peuple Sérère qui ont permis à mes parents de se vivre ici à Fatick sans se sentir à l’étroit. C’est ce peuple Sérère qui a fondé ma modernité et ma personnalité » revient-il sur les valeurs incarnées par cette zone.
Par ailleurs, il évoque le tronçon de la souffrance Fatick Kaolack qui est devenu un vieux souvenir. Ses réalisations ont fait que la région de Fatick est devenue un carrefour sans oublier la route aussi qui même à Samba Dia, et Fimela. Le pont de Foundiogne. Les travaux de modernisation de la ville de Fatick avec promovilles qui renforcera le capital routier de la ville. » Vous avez gagné. Je pense que le 24 février y aura pas de match à Fatick. Je disais aux responsables et militants des autres localités de faire de l’aumône mais ici y en aura pas. Dieu nous le pardonnera parce que nous sommes des ceddo. Je suis sûr qu’on aura plus de 95% dans mon Fatick natal », conclut-il sous la déferlante qui lui a accueilli. Sans oublier qu’il a fait un tour à Mbour dans cette cité touristique qu’il a promis de changer le visage.

Tivaoune

C’est au tour de Tivaoune d’accueillir leur candidat qui joue sa dernière carte pour la présidentielle. Cet après midi, il a été accueilli avec ferveur. Dans son discours, il salue l’influence positive des foyers religieux. » Je salue toute la famille de Elhadj Malick Sy. Je rends hommage ici à Tivaoune à tous les foyers religieux du Sénégal. Je suis un président de la République qui est à côté de toutes les familles religieuses. Je me vois dans tous ces foyers religieux », dit-il en citant tous les foyers religieux. » Ce sont ces érudits qui ont fait éviter à notre pays beaucoup de maux dont souffrent certains pays comme le terrorisme. Ils ont fait que dans les daaras et autres écoles coraniques, on y enseigne l’islam qui est une religieuse de paix et de tolérance. Ici les gens suivent les recommandations de leurs guides », fait-il savoir. Ce, il revient sur son ambition pour le Sénégal. » Mon ambition pour ce pays n’est autre que protéger le Sénégal. En voyant ce qui nous entoure, on saura qu’un pays n’est pas géré n’importe comment. Un pays n’est pas géré par des mensonges et autres duperies », soutient-il en faisant allusion à ses adversaires qu’il considère certainement incapable de gérer le pays. Avant de les railler : « Je suis étonné parce que je suis le seul à remplir les stades et faire des meetings dans ces stades. Au stade Léopold Sedar aussi c’est moi qui ferai un meeting de clôture là bas le vendredi prochain. Mes adversaire ne font que des caravanes sans aucun sens », conclut-il




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*