Sénégal :Présidentielle: Les hommes de Macky Sall

Ils sont nombreux à suivre Macky Sall dans sa campagne pour la présidentielle de 2019. Les uns plus déterminés que les autres. Certains assurent la sécurité de l’homme. Tandis que d’autres aident à la réélection du candidat de la coalition Benno Bokk yaakaar (Bby) en quête d’un second mandat. «L’as» vous fait découvrir ces divers profils qui ont été sous l’ombre de Macky Sall durant ces 21 jours de campagne.

Mimi Touré, la directrice de campagne

Elle change ses jolies robes cousues aux modèles sénégalais. Tantôt du vert, tantôt du rouge, parfois du jaune voire du beige marron. Ce qui ne change pas, ce sont ses chaussures mocassins rouge-saumon qu’elle a mises durant pratiquement toute la campagne. Derrière son sourire, se cache une personnalité charismatique. De loin, elle tire les ficelles et coordonne tout ce qui se passe dans la campagne sans en avoir l’air. D’un signe de la main, discrètement, elle peut interrompre ou faire prolonger les discours des responsables politiques lors d’un meeting. Il lui suffit d’un clin d’œil ou d’un geste pour que le MC interrompe celui qui se prononce sur le chapiteau. Et pourtant comme si de rien n’était, on ne voit que ses dents blanches.

Durant toute la campagne, elle n’a montré aucun signe de fatigue. Et quand ses jambes deviennent lourdes, elle sort du véhicule se prélasser un peu loin des projecteurs. Elle, c’est Mimi Touré, la directrice de campagne du candidat de Bby. Celle qui était chargée du pôle parrainage en précampagne devient naturellement la directrice du «cabinet de campagne» de Macky Sall. L’ex-Premier ministre est expérimenté pour la tâche. En effet, elle était là en 2012 dans le directoire de campagne de Macky Sall, lors de la dernière présidentielle et faisait office de directrice de campagne de Landing Savané lors de la présidentielle de 1993. Macky Sall ne pouvait rêver mieux.

Mame Boye Diao, l’accompagnateur sur les dossiers techniques

Quand il éteint une cigarette, c’est pour en rallumer une autre. Teint clair, svelte, barbe bien sculptée, Mame Boye Diao n’a pas quitté le cortège présidentiel pendant les 21 jours de campagne. L’inspecteur des Impôts et Domaines gère les dossiers techniques pendant la campagne. Macky Sall n’a pas manqué de le remercier dans son fief à Kolda pour dire qu’il fait du bon travail en tant qu’accompagnateur sur les dossiers techniques. Avant que le candidat sortant ne donne cette information, beaucoup ne pouvaient imaginer son rôle dans la campagne. Ils pensaient juste que le directeur des Services Fiscaux Régionaux suivait obstinément le chef de l’Etat sortant au lieu d’aller battre campagne dans son fief. Heureusement pour lui que Macky Sall a clarifié la chose.

Colonel Daouda DIop, le chef de l’orchestre

Né en 1967, le colonel Daouda Diop est le gouverneur du Palais. C’est lui le chef de l’orchestre. Talkie-walkie toujours en main, il coordonne toutes les actions de sécurité sur le terrain. L’homme qui se mettait toujours derrière le Président Sall avec son joli uniforme bleu lors des cérémonies officielles, a d’un coup changé de position pour se retrouver sur le terrain, dès fois, au milieu des foules.

Bonnet bleu bien vissé sur la tête, en bon soldat, il a même changé de tenue vestimentaire remplaçant son uniforme bleu par un ensemble treillis. Hormis la sécurité du candidat de la coalition Bby, l’homme se soucie de la sécurité des couches vulnérables, les handicapés, les femmes et les enfants.

En cas de menace, il arrive qu’il s’introduise au milieu de la foule pour gérer la situation. Daouda Diop a dirigé précédemment l’administration pénitentiaire avant d’être bombardé gouverneur du Palais.

Jérôme Bandiaki, Le «Marron du feu» qui se targue d’être un snipeur

Comment vous vous appelez ? «Le sniper», répond le lieutenant en chef des «marrons du feu». Après insistance, il lâche le morceau: «Jérome Bandiaki». Difficile de lui tirer des mots même si l’homme est très proche des journalistes et vient souvent s’enquérir de leur situation. Coiffure au style de «Tintin», le sniper toujours vêtu en tenue kaki se met dans l’habit d’un commando en mission.

Talkie-Walkie en main, il est l’interface de la sécurité présidentielle et des gros bras de la sécurité du candidat de Bby appelés «marrons du feu». Entre Jérôme et ses hommes, c’est comme entre le capitaine et ses troupes.

Les marrons du feu lui vouent un respect total et suivent à la lettre ses instructions. A l’en croire, c’est la sécurité du Président et de son équipe qui l’intéresse et rien d’autre. Il s’était distingué en 2012 avant l’arrivée de Macky Sall au pouvoir.

Par la suite, il a intégré le dispositif de sécurité du Premier ministre Mimi Touré. Il s’était éclipsé après le remplacement d’Aminata Touré à la Primature avant de refaire surface lors de cette campagne pour la présidentielle de 2019.

Pape Samba Diop, le bras de MaCky

A Foundiougne, un vieux interpelle le Président sortant d’un ton taquin : «Quand j’ai perdu mes babouches, vous m’aviez remis d’autres neuves. Aujourd’hui, j’ai besoin d’un grand boubou.» Macky Sall rétorque : «Ne lâche pas celui qui est à côté de toi. Il va régler ton problème.»

Cet homme n’est personne d’autre que Pape Samba Diop, le «bras» de Macky Sall. L’homme est partout. Il fait passer les messages, fait parvenir des notes, sert d’interface entre Macky Sall et les responsables politiques locaux. Bref, c’est l’homme à tout faire de Macky Sall.

Si ce dernier veut faire des largesses, il l’appelle ou lui fait signe et le tour est joué. Très discret, dents colorées, toujours en casquette assortis à la chemise et au pantalon, Pape Samba Diop est le conseiller spécial et chef de cabinet adjoint de Macky Sall.

Longtemps adjoint du chef de Protocole feu Bruno Diatta, il a été récompensé pour son engagement, sa loyauté et sa rigueur aux côtés du Président Macky Sall depuis son départ de l’Assemblée nationale. Une de ses fonctions, consiste à aider le chef de l’Etat dans la gestion de son agenda politique et autre activités.

Pape Samba Diop est un homme de confiance de Macky Sall. Il est né le 31 mai 1977 à Gandiaye. Il a été toujours proche des Faye Sall qu’il a connus vers la fin des années 1990. Par le passé, il a eu à militer au Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel). Il devance à chaque fois le cortège de Macky Sall sur les lieux pour régler les petits détails protocolaires.

Saliou Faye Daf et Lamane Mbaye, les maîtres de cérémonie

«Ani Mbakhanééyi (Où sont les Képis)», entonne de sa voix rauque Saliou Faye Daf avant le début des meetings de Macky Sall. Parti à la retraite depuis un an, l’homme qui dirigeait le Secrétariat général du Syndicat autonome de la santé (SAS) n’a pas attendu longtemps pour enfiler une nouvelle robe, celle de maître de cérémonie.

Le syndicaliste à la retraite s’est dévoué à la réélection du Président Macky Sall. Pour ce faire, il lui prête sa voix de stentor et s’engage de la tête au pied au service du candidat de Bby. Il assure le show et le spectacle. Il procède à la distribution de la parole. Il est aidé en cela par le professeur de Français Lamane Mbaye.

Cet enseignant au lycée Seydina Limamou Laye a déserté les classes pour se consacrer à la campagne présidentielle. Toujours en lunettes, crâne chauve, il fait profiter au candidat de Bby de son éloquence et de son sens du verbe. Avec des formules frisant la charade et rappelant les hauts faits d’arme de Macky Sall, il intronise le leader de la coalition présidentielle ; non sans éblouir à chaque fois le public.

Niang Kharagne, Le «snapeur» du président «Le Snapeur du Président !»

Ces inscriptions en jaune figurent à l’arrière du T-shirt qu’il porte depuis le début de la campagne. Niang Kharagne est très suivi par les jeunes sur les réseaux sociaux. Il est tristement célèbre pour avoir montré ses parties intimes sur le réseau social «Snapchat». Ce «bad buzz» l’a fait connaitre du grand public. Mais en toute chose, malheur est bon.

En effet, il en a tiré une notoriété qui l’a amené à traiter avec le service de communication du candidat de la coalition présidentielle. La cellule de communication l’a coopté afin qu’il diffuse en live les meetings et autres cérémonies sur son compte «Snapchat».

Mieux coté même que les journalistes avec son «All Access», il se faufile partout avec son portable en mode vidéo. Il n’hésite pas à monter sur les baffles lors des cérémonies pour certaines prises de vue.

Si nécessaire, il se met en dessous des tribunes et parfois dans la partie réservée à la presse, aux cameramen pour faire bénéficier son réseau de tout ce qui se passe durant la campagne du candidat de la mouvance présidentielle.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*