Sénégal: Un père de famille accusé d’avoir violé et enceinté une mineure

Un- père- de- famille- accusé- d’avoi- violé -et- enceinté- une- mineure

Diop a comparu, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour le délit de viol suivi de grossesse. Il est accusé par son ex petite amie qu’il avait emmenée dans une auberge sise à Hann Mariste. Au terme de son jugement, il a été condamné par le tribunal.

Une affaire de viol suivi de grossesse a été jugée, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. A. D. Touré a attrait à la barre de cette juridiction son petit ami qui serait l’auteur de sa grossesse. Devant les juges, elle a narré les faits : » quand A. Diop m’a déclaré sa flamme, j’en ai parlé à ma maman qui n’y voyait aucun inconvénient, mais mon père oui. Mais, nous avons fait fi des propos de mon père et on se voyait en cachette. Pour éviter qu’on se rencontre dans les rues ou sur les places publiques, ma mère l’avait autorisé à venir chez nous. Durant toute notre vie amoureuse, des connaissances me racontaient des faits malveillants sur sa personne, mais je n’ai jamais voulu les écouter ». Elle ajoute : » à un moment donné, il a commencé à me proposer de coucher avec lui, mais j’ai catégoriquement refusé parce que voulant garder ma virginité jusqu’au mariage. J’en avais même parlé à mon amie qui m’a conseillé de ne jamais le faire au risque de gâcher ma vie. En septembre 2018, suite à sa demande, nous nous sommes rendus dans une auberge à Hann Maristes. Où étant, nous avons entretenu des rapports sexuels non protégés. Après cela, il m’appelait tous les jours pour me demander si j’avais vu mes règles. Quand je suis resté deux mois sans voir mes règles, en sa compagnie, nous avons décidé d’aller à la pharmacie pour un test de grossesse. Sur le chemin, nous avons rencontré mon père qui m’a demandé de rentrer ». A l’en croire toujours, quelques jours plus tard, ils ont appelé sa copine Marème Soda dont le mari est du corps médical pour le test de grossesse. « Quand j’ai fait le test avec l’aide de ma copine, il s’est avéré positif. Ma copine l’a appelé pour lui faire part de la nouvelle. Le lendemain, il m’a appelé pour interrompre la grossesse. Car, dit-il, son père avant de décéder, avait demandé à ses fils de ne jamais avoir un enfant hors mariage. Mais, j’ai refusé et je lui ai dit que je ne le ferai pas. Il m’a menacé avant de dire qu’il ne va pas reconnaître la paternité de l’enfant », a encore déclaré la fille.

Ses propos ont été battues en brèche par le mis en cause qui a reconnu partiellement les faits qui lui sont reprochés. « Effectivement, je connais la demoiselle A. D. Touré. Elle était ma copine et nous sommes sortis pendant plus de trois ans. En 2018, j’avais décidé à la prendre pour épouse et je me suis rendu à son domicile. Où étant, je m’en suis ouvert à sa mère, lui avais exprimant mon désir de prendre sa fille comme épouse. Elle avait rejeté ma demande sous prétexte que sa fille devait continuer ses études. Elle m’avait même prévenu de ne point en parler à son mari qui était du même avis qu’elle. A l’occasion, je leur ai dit que je dégageais toutes mes responsabilités de la fille, vu qu’ils n’étaient pas prêts à me la donner en mariage », a-t-il dit. Avant d’enchaîner : » quand j’ai parlé à A. D. Touré de la décision de ses parents, elle a dit qu’elle m’aimait et n’était pas prête à me laisser tomber. Elle disait même être prête à tout pour conserver notre relation. 6 mois plus tard, sachant que j’ai épousé une autre, à ma grande surprise, elle m’a appelé pour me dire qu’elle était enceinte de mes œuvres. J’avais catégoriquement refusé parce qu’on n’était plus ensemble depuis 6 mois et qu’on n’avait jamais entretenu de rapports sexuels. Elle a insisté, d’où le dépôt de plainte ». Invité à faire ses réquisitions, le parquetier a demandé de le condamner à six mois de prison ferme pour détournement de mineure et de le relaxer du viol. La défense, quant à elle, a plaidé pour une application bienveillante de la loi. En rendant sa décision, le tribunal à condamné le prévenu à six mois avec sursis. Car, il a fini par reconnaître la paternité de l’enfant avant de décider de les prendre en charge.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*