Sénégal : une appli astucieuse soulage de nombreux Sénégalais dans leurs dépenses de santé

Santé


Grâce au financement participatif, de plus en plus de Sénégalais accèdent gratuitement à des soins de santé et à des médicaments. JokkoSanté est l’application mobile et internet qui fait l’interface entre la population et les professionnels.
Ce matin, Mame Kiné Diagne se rend au dispensaire de Rufisque.
Sa fille souffre de maux de ventre. Dans la salle d’attente, d’autres mamans sont déjà là. Si Mame Kiné se rend dans ce centre pédiatrique, c’est parce que payer ses médicaments est parfois un casse-tête pour les familles les plus modestes.
La facture peut-être conséquente. Entre 22.000 et 30.000 francs CFA chaque mois…

« On m’a plusieurs fois prescrit des médicaments, mais je n’avais pas d’argent, je n’ai pas pu les acheter », indique Mame Kiné Diagne, avant de s’engouffrer dans le cabinet du médecin.
Inscription en quelques minutes
Après avoir examiné la fille et pris la tension de la mère, le médecin conseille à Mame Kiné, l’application JokkoSanté. En quelques clics, elle est abonnée à cette appli, sorte de pharmacie digitale. La plateforme rend accessible des médicaments en pharmacie via un système de points pour payer des ordonnances.

Une idée portée fièrement par son fondateur, Adama Kane.

Les plus pauvres dépensent 73% de leur argent dans les dépenses de santé.

Adama Kane, fondateur de l’application JokkoSanté

« Au Sénégal entre 52 et 73% des dépenses de santé des ménages sont des dépenses de médicaments, » nous dit-il. « Et ces 73% sont dans les zones les plus pauvres. » Et d’ajouter : « on s’est rendu compte qu’on faisait face à un réel problème. Les médicaments constituent un coût assez important. Et pour nous, proposer une solution qui permet de démocratiser l’accès aux médicaments était une chose à faire.

Autre idée ingénieuse pour gagner ces fameux points : vendre certains produits sur son étal.

Les fins de mois sont difficiles pour Fatou Dieng, alors elle a installé sa gargotte dans la médina de Dakar. Pour vendre ses petits fromages et ses sandwichs, et engranger ainsi un bonus sur son compte « Jokko ».

Grâce aux points, je peux mettre de l’argent de côté.

Fatou Dieng, bénéficiaire JokkoSanté
« C’est double bénéfice. » dit-elle. « Car je vends, je garde mon bénéfice, je gagne des points avec les fromages, et je vais prendre mes ordonnances » martèle Fatou Dieng.
Des points notifiés presque immédiatement par SMS. Et donc pour Fatou, il n’y a plus qu’à se rendre à la pharmacie.
Un compte « Jokko » chez le pharmacien
Fatou Dieng est une habituée. Ses médicaments lui sont donnés par un pharmacien qui voit dans cette opération, un bon moyen de lutte contre les contrefaçons.

« JokkoSanté permet de lutter contre la vente illicite de médicament », assure Mohamed Lamine Diaw. « Parce que permettre aux personnes diminuées de pouvoir disposer de moyens de pouvoir se payer les médicaments dans les officine est quelque chose de très important », souligne ce professionnel de santé.

Au marché noir, les médicaments frauduleux et périmés sont facilement accessibles et surtout négociables. Un fléau au risque méconnu, par les patients.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*