Sénégal:Exploitation sexuelle : 982 cas recensés en 2018

Sénégal-Exploitation-sexuelle-982-cas-recensés-en-2018

982 cas d’exploitation sexuelle ont été enregistrés, en 2018. Ce, sur 1637 cas de violences recensés par l’Association des juristes sénégalaises (AJS), à travers ses boutiques de droit installées dans six (6) régions du Sénégal. Amy Sakho, la chargée de communication de l’AJS, qui tire la sonnette d’alarme dans les colonnes de Sud Quotidien, précise que ces cas signalés concernent « ceux qui ont connu une procédure judiciaire » et non pas, « ceux dont les victimes ne sont pas allées jusqu’au bout de la procédure. »

Poursuivant, elle déplore « une atteinte à la dignité humaine » à travers « l’exploitation sexuelle (qui est) une forme de violence c’est-à-dire une atteinte directe à la dignité et aux droits les plus fondamentaux de la personne. Ça peut arriver à un enfant, un adolescent, une femme ou un homme. Donc, les deux sexes. » Pour ces cas de violences, soutient la juriste, « on a fait une prise en charge holistique. On aide la personne à avoir un certificat médical, à porter plainte (et) on commet un avocat pour toute la procédure. Après la procédure, on assiste la personne pour le suivi psychologique que quand on est victime de violence, d’exploitation sexuelle, ça laisse des conséquences néfastes qui peuvent poursuivre la personne durant toute sa vie. La prise en charge est gratuite au niveau de ces boutiques de droit. »

Selon les estimations du journal, 4 millions de nouvelles victimes de ce fléau sont enregistrées, chaque année à l’échelle mondiale. Parmi elles, 500 mille femmes victimes de traite à des fins de prostitution par an, avec un chiffre d’affaires estimé à 1000 milliards de dollars US. Les peines encourues par les auteurs d’exploitation sexuelle varient suivant les cas et même l’âge de la victime, indique Pr Amsatou Sow Sidibé dont les propos ont été repris par la source.

« Les peines sont variables, détaille-t-elle. Par exemple, le proxénète peut être poursuivi par le Code pénal d’une peine qui peut aller de 1 à 3 ans et d’une amende de 250 mille à 2 millions 500 mille F CFA, quand la victime n’est pas mineure. Mais quand (celle-ci) est mineure, les peines sont doublées. »




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*