SIDA – Un deuxième cas mondial de rémission entretient l’espoir de guérison

SIDA-Un-deuxième-cas-mondial-de-rémission-entretient-l’espoir-de-guérison

Cela fait 19 mois que « le patient de Londres » ne présente plus de symptôme du virus du VIH-1 dans son corps. « Il n’y a aucun virus là-bas que nous puissions mesurer. Nous ne pouvons rien détecter », a déclaré Ravindra Gupta l’un des chefs de l’équipe de médecins en charge du traitement du patient.

Le biologiste rajoute toutefois qu’ « il est trop tôt pour dire qu’il est guéri » mais ce résultat montre qu’il y a de réelles chances quant à la possibilité des malades de guérir du sida. La procédure impossible à appliquer à grande échelle constitue une avancée notable dans le domaine de la recherche scientifique.

Cette rémission, publiée au journal Nature, intervient 10 ans après le premier ces de rémission d’un malade du sida, appelé « le patient de Berlin ». Le docteur Gupta, professeur à l’Université de Cambridge, fait d’ailleurs référence à premier cas mondial, stipulant qu’« en parvenant à une rémission sur un deuxième patient tout en utilisant une approche similaire, nous avons montré que le ’’patient de Berlin ’’ n’a pas été une anomalie ».

En 2016, le « patient de Londres » a reçu des cellules souches de la moelle osseuse d’un donneur porteur d’une mutation génétique rare (présente chez 1% de la population mondiale) qui résiste à l’infection par le VIH. Il a par la suite suivi l’ARV pendant 16 mois avant interruption.

Dans le monde, 37 millions de personnes sont infectées par le VIH dont un million meurent chaque année. La thérapie antirétrovirale (ARV) est la seule manière de traiter le VIH est par l’administration de médicaments qui contiennent le virus à prendre à vie. « Cela représente un défi particulier dans les pays en voie de développement » où des millions de personnes n’ont pas accès à un traitement adéquat selon le docteur Gupta.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*