,

Sortie de Sidy Lamine Niasse sur WalfTV : Le CNRA dénonce une propagande et des « attaques outrancières » à l’encontre de Macky Sall et Moustapha Niasse

Le CNRA a critiqué avec véhémence le format de l’émission et le discours tenu par le Président Directeur général du Groupe Walfadjri, lors de sa sortie le samedi 11 mars 2017, de 16h à 19H 18mn, sur la chaîne de télévision Walf Tv, en synchronisation avec Walf FM. Ladite émission selon cet organe de régulation, a été l’occasion de « propagation d’idées, et de prises de position à caractère personnel sans oublier des « attaques outrancières à l’encontre de personnalités qui incarnent des Institutions de la République, particulièrement le Président de la République et le Président de l’Assemblée nationale ».

C’est ce qui a justifié les observations-mises en garde adressées à WALF TV le 14 mars 2017. Le CNRA a tenu à attirer l’attention des titulaires d’autorisation de diffusion de programmes audiovisuels, sur leur responsabilité relative aux contenus des émissions diffusées. Cet organe de régulation est d’avis que “la conception de la programmation audiovisuelle se fait dans le respect de la réglementation qui assujettit, particulièrement, le traitement de sujets sensibles ou d’affaires objet de procédures judiciaires en cours, à un profond sens de la responsabilité et une préparation particulière de la part des intervenants à l’antenne”.

Et ces exigences n’ont pas été observées le samedi 11 mars 2017, de 16h à 19H 18mn, par la chaîne de télévision Walf Tv, en synchronisation avec Walf FM, qui avait proposé au public, en direct, une émission mettant en vedette son Président Directeur général selon le CNRA.

« L’analyse faite de la vie politique du pays a débouché sur des attaques outrancières à l’encontre de personnalités qui incarnent des Institutions de la République, particulièrement le Président de la République et le Président de l’Assemblée nationale. L’article 9 de la loi 2006-04 du 04 janvier 2006 oblige les titulaires d’autorisation de diffusion de programmes audiovisuels, dans le traitement de l’information à respecter les règles d’éthique et de déontologie dans la programmation des différents médias audiovisuels et les Institutions de la République », a relevé le CNRA via un communiqué parvenu à la rédaction de Leral.net.

« En traitant de certaines affaires, objet de procédures judiciaires en cours, le Président Directeur général du Groupe Walfadjri a contrevenu aux exigences de l’article 18 du Cahier des charges applicable au titulaire d’une autorisation de diffusion de programmes de télévision privée de droit sénégalais qui stipule que, dans le traitement médiatique d’une procédure judiciaire en cours « le titulaire veille à ce que : l’affaire soit traitée avec mesure, rigueur et honnêteté ; le pluralisme soit assuré par la présentation des différentes thèses en présence, en veillant notamment à ce que les parties ou leurs représentants soient en mesure de faire connaître leur point de vue.

La présentation des difficultés économiques que rencontre l’entreprise ne s’est pas limitée à fournir des éléments pertinents d’appréciation, mais s’est conclue par une annonce de manifestation devant le Palais présidentiel avec un appel à peine voilé aux populations à se joindre à cette initiative », a aussi dénoncé le CNRA

D’autant que selon toujours l’organisme dirigé par Babacar Touré, « l’article 20 du cahier des charges interdit certains comportements et oblige le titulaire, dans ses programmes, à « ne pas inciter à des pratiques ou comportements délinquants ou inciviques » et à « respecter les différentes sensibilités politiques, culturelles et religieuses des téléspectateurs ».

Plus grave encore note le CNRA : «Sidy Lamine Niasse a abordé différents sujets dont les plus saillants sont relatifs à des aspects de la vie politique du pays, à certaines affaires objet de procédures judiciaires en cours et à la situation économique de son entreprise relativement aux difficultés qu’elle traverse.

La conception de la programmation audiovisuelle ne saurait, en aucun cas, inclure la réservation de plages horaires importantes dédiées aux propriétaires ou dirigeants de chaînes de télévision ou de radio pour servir de tribune à la propagation de leurs idées, convictions ou prises de position à caractère personnel ».

Or « selon l’article 16 du cahier des charges applicable au titulaire d’une autorisation de diffusion de programmes de télévision privée de droit sénégalais : « le titulaire veille à ce que les émissions d’information politique et générale qu’il diffuse soient réalisées dans des conditions qui garantissent l’indépendance de l’information, notamment à l’égard des intérêts économiques de ses actionnaires ».

Massène DIOP Leral.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Mgr Benjamin Ndiaye : «Al Maktoum était un champion de la vérité et de l’authenticité»

OPÉRATION LONDON BRIDGE :  Le CODE secret de Buckingham PALACE