,

TALLA SYLLA ET IDRISSA SECK ET LES THIESSOIS : Qui a trahi qui ?

Les populations thiessoises ne savent plus à … quel responsable politique se fier. Et elles auront raison, au regard de la querelle qui oppose le Grand « Manitou » de Thiès, Idrissa Seck et le « Futur Bâtisseur » de cette ville si chère à l’ancien poète-président Léopold. Dans tous les cas, à cause de leurs bisbilles, ce sont les populations qui trinquent du fait que l’émergence de leur localité qu’elles attendent, n’arrivera jamais à l’heure, comme un train.

Franchement, il faut qu’on se penche très sérieusement sur ces deux politiciens dont la mésentente entre en droite ligne dans le recul du développement de la cité du rail, obligeant ainsi les populations à en payer les pots cassés, malgré elles. Au fait, qu’est-ce qui a bien pu se passer entre Idrissa Seck et Talla Sylla qui pourtant, étaient deux dirigeants qui s’entendaient très bien comme larron en foire ? Eux seuls pourront nous le dire. Mais déjà, pour le commun des Thiessois, leur mésentente viendrait de ce que l’ancien Premier ministre et ses collaborateurs appellent « Trahison », contrairement au camp de Talla Sylla qui brandit l’arme de la reconstruction de Thiès (se rappeler du futur Plan de Développement de Thiès qu’entend initier le maire de Ville).
Trahison pour trahison, en politique, tous les coups sont permis. Aussi, certains pensent-ils que ce n’est parce que Talla avait acheté la carte du Parti Rewmi, qu’il doive obéir aveuglément à Idrissa Seck. Ce dernier aussi, vu le comportement de son « ancien compagnon de lutte », ne cesse de soutenir urbi et orbi que c’est bien lui qui nomme et dégommes les différents maires de Thiès (Talla y compris). Au juste, dans ce cas-là et pour permettre aux populations de jouir des retombées économiques de leur cité, pourquoi ne dit-il pas simplement : « Hé, Talla, ouste, dégage ? ». Les choses seraient plus simples et claires dans l’esprit des gens ! Par ailleurs, s’il n’existe pas de critère reconnu par le monde pour définir la démocratie, il n’en demeure pas moins qu’on peut considérer qu’elle doit respecter plusieurs principes : l’égalité devant la loi, le respect de la liberté, l’existence de lois établies par le peuple et respectées…
Ce n’est donc jamais trop tard pour rappeler à ses deux « frères devenus ennemis », que la démocratie est un régime politique où le peuple détient le pouvoir de façon collective, c’est à dire que tous les citoyens ont le pouvoir. On dit alors que le peuple est souverain. Dans une démocratie, le peuple élit ses représentants et chaque citoyen peut donner son avis. Cela est valable, tant pour un gouvernement que pour une collectivité locale aussi, à Thiès surtout où ce qui se passe entre Idrissa Seck et Talla Sylla finit par lasser les gens. En tout cas, ils devront comprendre que, malgré leurs bisbilles, guéguerre ou tout ce que vous voulez, la seule vérité qui vaille, est que rien ne peut et ne pourra se faire ici à Thiès, sans les populations. D’ailleurs entre ces deux, qui a trahi qui ? Œuvrent-ils réellement pour l’intérêt de Thiès et des Thiessois ? Sûrement pas car, cette ville jadis ambiante et florissante, est en train de mourir à petit feu, du fait de l’excès de convoitises de ces deux bœufs dans la même marre. Les populations ne le méritent vraiment pas, messieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

SUD MIDI DU 1er MARS 2017

Ziguinchor a déjà atteint son objectif concernant les inscriptions sur les listes électorales