THIÈS : LES PRIX DE L’OIGNON ET DE LA POMME DE TERRE POURRAIENT SE STABILISER JUSQU’À LA KORITÉ (DÉLÉGUÉ MARCHÉ CENTRAL)

Les prix de l’oignon et de la pomme de terre pourraient se stabiliser d’ici la fête de la Korité, après la légère hausse notée depuis quelques jours, estime le délégué général du marché central de Thiès, Thierno Ciss. Depuis le début du mois de juin, l’oignon se vend en gros à 225 à 235 francs CFA le kilo, là où le prix au détail est de 275 à 300 francs le kilo, a-t-il signalé dans un entretien avec l’APS. L’oignon coûtait en mai 200 francs CFA le kg en gros, contre 250 francs au détail.
« Il n’y aura pas de rupture de stock d’ici la Korité », assure M. Ciss, lui-même vendeur d’oignon au marché central de la capitale du rail, dans la commune de Thiès Nord précisément.  « Je ne pense pas qu’il y ait hausse (d’ici la fête) », a-t-il poursuivi, laissant entendre que le stock qu’il a vu sur le marché ne s’épuisera pas d’ici la fête de Korité, soit dans moins de 10 jours.  A son avis, la légère hausse notée depuis début juin, est due au fait que le marché était approvisionné par l’oignon de la vallée, « de moindre qualité », comparé à celui des Niayes, ’’de meilleure qualité’’ et seule variété disponible actuellement.
« S’il doit y avoir une pénurie pour la Korité, on craint que ce soit du côté de la pomme de terre », a-t-il relevé, parlant juste d’une « appréhension, car il y en a qui nous disent que les stocks sont dans les champs ».  L’arrivée de la pomme de terre importée ainsi que de l’oignon, ne devrait pas intervenir d’ici la Korité, a encore dit M. Ciss, par ailleurs président départemental de l’UNACOIS/Jappoo, structure des commerçants et industriels sénégalais.  Il relève toutefois que la décision d’autoriser ou non l’entrée sur le marché sénégalais de la pomme de terre venue de l’étranger, revient au ministère du Commerce, sur la base des stocks disponibles.
Le prix du kilo en gros de cette denrée est de 350 FCFA actuellement, au détail il est cédé à 400 francs, renseigne Thierno Ciss, signalant qu’avant le début de ce mois, elle se vendait en gros à « 200 à 210 francs » et en détail à « 250 à 300 francs » CFA. La production de pomme de terre, qui ne dure que « 4 à 5 mois », est moins importante que celle de l’oignon, note-t-il, précisant que la première denrée est cultivée principalement à Notto, Mboro, Fass Boye, Kayar et Mbane, dans la région de Thiès.
D’autres légumes sont devenues rares sur le marché, selon lui. Il s’agit de la petite tomate et de la tomate farcie. Si bien que la caisse de tomate petit modèle de 25 kg se vend à « 8.000 à 9.000 » francs CFA, quand la même quantité de la variété farcie est cédée à 15.000 FCFA.  La carotte est passée de 200 francs le kg le mois dernier à 300 FCFA, les haricots verts, de 200 à 300 le mois dernier à 600 FCFA en début juin.  S’agissant du poivron, son prix a « plus que doublé », passant de 400 à 1.000 francs CFA le kg, a-t-il indiqué.
Tous ces produits qui, comme l’oignon et la pomme de terre, sont soumis à la loi du marché, ont vu leurs prix augmenter avec le ramadan durant lequel, ils sont largement consommés par les ménages.  Concernant la volaille, les prix sont ’’restés en l’état’’ au marché central, selon Aliou Ndiaye, vendeur de poulets de chair, à savoir 2500 francs CFA le poulet d’environ 2 kilos.  A son avis, ce produit « marche même mieux en plein ramadan qu’à l’approche de la fête », le prix du poulet local se situant dans une fourchette comprise entre 2000 et 5000 francs CFA, là où celui de la pintade varie entre 6000 et 7.000 FCFA, a-t-il dit.
Source : APS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*