Accueil / A la une / UNE ÉTUDE ÉVALUE ’’L’IMPACT CONSIDÉRABLE’’ DES COUPURES D’ÉLECTRICITÉ SUR LA MARCHE DES PME

UNE ÉTUDE ÉVALUE ’’L’IMPACT CONSIDÉRABLE’’ DES COUPURES D’ÉLECTRICITÉ SUR LA MARCHE DES PME

 Les coupures d’électricité ont “un impact considérable” sur la dynamique des petites et moyennes entreprises (PME), dont certaines peuvent perdre jusqu’à 5% de leur chiffre d’affaires en raison de tels dysfonctionnement, soutient un chercheur du Centre des recherches économiques appliquées (CREA) de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar. “A cause des coupures de courant, les PME peuvent perdre en moyenne jusqu’à 5% de leur chiffre d’affaires’’, signale Lassana Cissokho, auteur d’une étude sur ce sujet.
Selon les résultats de cette étude présentée jeudi à Dakar, au cours d’un atelier, 47% des entreprises interrogées, sur un échantillon de 528 sociétés, “ont déclaré avoir connu des retards de livraison auprès de leurs fournisseurs, contre 56% qui ont signalé des retards de livraison à leurs clients”.  A travers cette étude intitulée “Le coût de productivité des coupures d’électricité pour les Petites et moyennes entreprises”, le chercheur du CREA pointe “le résultat d’un programme de privatisation défaillant de la compagnie nationale d’électricité au milieu des années 1990 et au début des années 2000”.
Les dysfonctionnements notés dans la distribution énergétique, mesurés sur “la durée, la fréquence et la sévérité’’ des coupures enregistrés, “affectent négativement la productivité de ces petites et moyennes entreprises, affirme l’auteur de l’étude. L’enseignant-chercheur à la Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG) de l’UCAD recommande une implication des décideurs publics pour une amélioration de la qualité du service d’électricité, au demeurant “appréciable ces trois dernières années”.
“La résolution des problèmes de coupures d’électricité permettra aux entreprises d’économiser sur les efforts et les ressources détournées vers les stratégies d’adaptation (groupes électrogènes etc.)”, souligne Lassana Cissokho.  Des actions doivent être menées pour “rendre l’environnement des affaires plus attractif, améliorer l’accès des entreprises aux financements notamment sur les lignes de crédits et prêts”, de manière à atténuer l’impact de “ces pertes en productivité au niveau de PME”, selon le chercheur. Il fait observer que “les banque octroient des prêts seulement aux entreprises prometteuses”, soulignant que cette étude consacrée au Sénégal est “applicable à tout pays moins avancé”.
 Source : APS

About Diouf Babacar

Voir aussi

DR ALIOUNE SARR : ’’ENTRETENIR L’ARÈNE NATIONALE LE PLUS LONGTEMPS POSSIBLE’’

Share this on WhatsApp Le président du Comité national de gestion (CNG) de lutte, Docteur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)