,

UNE ONG SÉNÉGALAISE APPELLE À INSTAURER « UNE SOCIÉTÉ CIVILE FORTE » EN GAMBIE

Action humaine pour le développement intégré au Sénégal (AHDIS), une organisation non gouvernementale sénégalaise, invite les organisations de la société civile à mener « une veille solidaire internationale » pour instaurer en Gambie « une société civile (…) forte, au service du peuple gambien ». « Suite à l’alternance politique intervenue en Gambie, après 22 ans de règne sans partage de Monsieur Yahya Jammeh, de nouvelles opportunités s’offrent à la société civile gambienne en vue de son renforcement », écrit Amacodou Diouf, le président d’AHDIS, dans un communiqué reçu dimanche à l’APS.

 En Gambie, signale M. Diouf, la société civile a joué « rôle (…) déterminant dans ce changement », qui a consisté à trouver une alternative de M. Jammeh. A l’initiative des organisations de la société civile gambienne, « de multiples actions citoyennes (…) ont fortement contribué à la conscientisation des électeurs et à la sensibilisation de la communauté internationale », en prélude au scrutin présidentiel du 1er décembre dernier, qui a écarté du pouvoir le régime dictatorial de Yahya Jammeh.
 Mais, « tout n’est pas fini » dans ce pays enclavé dans le territoire sénégalais, avertit l’ONG AHDIS, ajoutant qu’ »une telle flamme ne devrait s’éteindre au moment où la Gambie vient à peine d’amorcer un virage démocratique ».  Dès lors, « les capacités d’alerte, de plaidoyer et de mobilisation de la société civile gambienne doivent rester fortes et constamment renforcées pour accompagner ce processus, dans le cadre d’une veille solidaire internationale », écrit Amacodou Diouf.
 « Sous ce rapport, poursuit M. Diouf, il convient de souligner le rôle nouveau que les organisations de la société civile (OSC) gambienne doivent jouer dans l’élaboration, le suivi et l’évaluation des politiques publiques du nouveau régime ». Pour apporter leur contribution à la politique conduite par le nouveau président Adama Barrow, les organisations de la société civile de ce pays doivent « [intégrer] tous les cadres institutionnels de prise de décisions majeures concernant le peuple gambien souverain ». « Il s’agit pour nous, explique le président d’AHDIS, avec la volonté affichée des OSC [de la Gambie] et de la diaspora de ce pays, de participer activement à une société civile gambienne forte, au service du peuple gambien frère, pour la paix et le progrès. »
Source : APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Hillary Clinton ENVISAGE(enfin) de «sortir du BOIS» !

Serigne Mbaye Sy Mansour, nouveau porte-parole de Tivaouane