,

VERS LA CONSTRUCTION DE 4 NOUVEAUX DAC

Le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne, Mame Mbaye Niang a lancé, jeudi à Dakar, la deuxième phase du Programme de développement de domaines agricoles communautaires (PRODAC) consistant à construire quatre nouveaux DAC financés à hauteur de 47 milliards de frs CFA par la Banque islamique de développement (BID), a constaté l’APS.

Le PRODAC entre aujourd’hui dans sa seconde phase d’exécution avec quatre DAC qui doivent être financés par la Banque islamique de développement (BID) à hauteur de 47 milliards qui viennent s’ajouter aux 60 milliards mis à sa disposition par l’Etat du Sénégal.

Les quatre nouveaux domaines agricoles communautaires seront construits à Boulel (Kaffrine), Niombato (Fatick), Dodji (Louga) et Fafacourou (Kolda),

Ils sont choisis sur la base de plusieurs facteurs liés à leur vulnérabilité, du niveau de chômage, de la taille de la population, de l’existence de ressources naturelles pouvant permettre de développer la chaîne de valeur agricole, a renseigné Mame Mbaye Niang.

Mame Mbaye Niang présidait l’atelier de lancement du PRODAC en présence de ses collègues de l’Industrie et des Mines, Aly Ngouille Ndiaye et du Commerce, Alioune Sarr ainsi que de Musa Sillah le représentant de la Banque Islamique de Développement (BID).

“Le PRODAC contribue à promouvoir l’emploi rural à travers le développement de moyens de production et de renforcement des compétences entrepreneuriales des jeunes”, a-t-il déclaré.

“Au total ce projet va permettre la création de plus de 30.000 emplois, la mise en place de 348 groupes d’entrepreneurs agricoles, le renforcement des capacités de plus de 30.000 entrepreneurs en matière de production et de gestion commerciale”, a-t-il renseigné.

Vecteur important dans la lutte contre le chômage destiné à promouvoir l’emploi de jeunes en milieu rural, le PRODAC lancé par le président Macky Sall en 2014 sur fonds propres de l’Etat du Sénégal et devant aller jusqu’à 2019 permet entre autres, la réalisation d’infrastructures structurantes et des équipements agricoles tout en facilitant l’accès au financement aux exploitants a dit Mame Mbaye Niang.

“Véritables incubateurs d’entrepreneurs agricoles, les DAC sont a ce titre, des pôles de compétitivité économiques, lieux d’insertion de jeunes ruraux, de diplômes, mais également de promoteurs prives désireux d’investir dans la chaîne de valeur agricole, la production, la transformation et les services”, a-t-il indiqué.

Il a ajouté que le PRODAC va également favoriser la formation de plus de 90.000 jeunes en milieu rural inscrits dans des centres d’incubation en vue de mettre en place leur propre exploitation agricole.

“La production attendue sera de 167.400 tonnes de produits agricoles (céréales et produits horticoles), 29.250 tonnes de produits de l’élevage (viande) et 6.000 tonnes de poisson”.

Selon M. Niang, “la question de la jeunesse constitue aujourd’hui, une préoccupation majeure pour tous les décideurs et tous les pays du monde, principalement, des pays en voie de développement”.

Aussi, a-t-il ajouté, “le PRODAC constitue un des instruments majeurs de la stratégie de l’Etat pour promouvoir l’emploi des jeunes en milieu rural par l’entreprenariat agricole”.
aps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Revue de presse (wolof) du 21 avril 2017 avec Mamadou Mohamed Ndiaye

CONTRIBUTION: ALERTE POUR L’APR DE LOUGA