lundi , octobre 22 2018
Accueil / Actualités / Visite d’État de Macky Sall Paris, capitale du Sénégal

Visite d’État de Macky Sall Paris, capitale du Sénégal

Strasbourg. Paris : Quai Branly, Élysée, Sénat, Mairie… Pendant quatre jours, Macky Sall aura la France à ses pieds. Pour la première visite d’État d’un Président sénégalais depuis plus de 20 ans.

Macky Sall débute ce lundi une visite d’État de quatre jours en France. Arrivé à Paris hier, dimanche 18 décembre, il se rendra aujourd’hui à Strasbourg sur le site d’Alstom, constructeur du Train express régional (TER), qui va relier Dakar à l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd).

Ensuite, le chef de l’État fera un tour au musée du Quai Branly qui abrite une pierre lyre de 2m pour 4 tonnes, découverte dans le village de Soto, à Kaffrine, propriété de l’État du Sénégal et prêtée à la France dans le cadre d’un protocole signé en 1967. La pièce marque l’entrée des visiteurs dans l’espace dédié à l’Afrique dans le Musée.

« Les choses sérieuses », selon les mots de l’ambassadeur du Sénégal à Paris, Bassirou Sène, débutent demain, mardi 18 décembre. En effet, c’est le démarrage effectif de la visite d’État avec une cérémonie aux Invalides, suivie de la revue des troupes françaises par Macky Sall. Qui se rendra, ensuite, à l’Élysée pour un entretien et une conférence de presse avec son homologue français.

Selon le service de communication de la Présidence du Sénégal, quatre questions sont au programme ; deux pour les journalistes français et autant pour leurs confrères sénégalais.

La consigne de Bruno Diatta

Le Président Macky Sall se rendra ensuite au Sénat et à la mairie de Paris. Il aura besoin d’un break avant de retourner à l’Élysée pour le dîner d’État, le clou de la visite.

Pour ce rendez-vous huppé, Bruno Diatta a été clair avec la délégation sénégalaise : non seulement une « tenue correcte est exigée », mais celle-ci doit être, pour les hommes, un costume et une cravate sombres sur une chemise blanche (rien n’a été précisé pour les dames).

Ce dress code strict a fait moufter dans les salons des hôtels Le Bristol, où logent le chef de l’État et sa suite, et Hyatt Regency, où séjournent une bonne partie des journalistes accrédités et plusieurs directeurs de sociétés publiques.

« La chemise doit être forcément blanche ? » s’enquit un DG sous la tutelle du ministère des Transports. « Oui, c’est ce que Bruno a dit », confirme son interlocuteur. « J’ai été obligé d’aller à Sea Plaza pour m’en payer une », glisse un autre proche de Macky Sall. « Il fallait faire un tour à Nous-Deux Boutique, derrière le ministère (sénégalais) des Affaires étrangères », suggère un diplomate en poste à Paris.

Le protocole, c’est dur, mais c’est le protocole. À preuve, pour le déjeuner à Matignon, prévu mercredi, la délégation sénégalaise a été contrainte de revoir sa taille. De 60 invités côté sénégalais, celle-ci est passée à 9 en plus de Macky Sall. Changement de Premier ministre en France oblige. Manuel Valls, qui a été récemment remplacé par Bernard Cazeneuve, s’était montré plus « généreux ».

La France aux pieds du Sénégal

Mais ce n’est certainement pas pour une délégation rabotée que le président de la République du Sénégal et ses troupes vont bouder leur plaisir. La France est à leurs pieds. Les Champs-Élysées et la mairie de Paris, notamment, sont aux couleurs vert-jaune-rouge du Sénégal. Le temps de la visite d’État, ils seront escortés, pomponnés, bichonnés. Des nombreux accords de coopération seront signés dans les domaines de l’énergie, de la culture, des transports, de l’enseignement supérieur, entre autres.

Et pour Macky Sall ce sera aussi l’occasion de replonger dans le passé et de communier avec les militants de l’Apr, venus de toute la France mais également des pays environnants.

Le chef de l’État effectuera une visite à l’Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (Ifpen). Il y a fait une partie de ses études ; l’établissement se nommait simplement l’Institut français du pétrole (Ifp). Il rencontrera au fil de son séjour français les Apéristes lors d’audiences restreintes et de rencontres plus élargies.

Pourquoi Macky, après Abdou

Depuis plus de 20 ans et Abdou Diouf, c’est la première fois qu’un Président sénégalais effectue une visite d’État en France. Cadeau d’anniversaire ne pouvait être plus grand (Macky Sall fêtait ses 55 ans dimanche dernier).

L’invitation est tombée entre les mois de mai et de juin, selon l’ambassadeur du Sénégal à Paris. Hollande a envoyé le carton à l’ambassade de la France à Dakar. Qui a transmis le courrier à Macky Sall avec copie à la représentation diplomatique sénégalaise en France. Lorsque le chef de l’État a accepté l’invitation et donné les instructions pour les préparatifs, s’enchaînent de nombreux échanges de courriers et une longue série de réunions entre les deux pays. C’était comme il y a plus de 20 ans lorsqu’Abdou Diouf effectuait la dernière visite d’État d’un président sénégalais.

Dans un entretien avec SeneWeb, l’ambassadeur du Sénégal à Paris, Bassirou Sène, indique que plusieurs facteurs expliquent cette marque de reconnaissance de la France à l’endroit du Sénégal. C’est d’abord, souligne-t-il, un « retour d’ascenseur » d’un pays qui doit sa souveraineté retrouvée aux tirailleurs sénégalais qui ont combattu aux côtés de ses fils lors des Première et Seconde guerres mondiales.

L’ambassadeur du Sénégal a également insisté sur la stabilité du pays, qui est à l’abri des coups d’État et des guerres interreligieuses, le leadership de Macky Sall, notamment en Afrique, ses grands projets de développement, sa compassion lors des attentats de Charlie Hebdo, entre autres « critères déterminants ».

Ces bons points doivent être pour beaucoup dans l’optimisme de certains militants de l’Apr qui hier, dimanche 18 décembre, ont défié le froid (5° à ce moment-là) pour aller accueillir à l’aéroport d’Orly le chef de l’État et sa troupe en affirmant que leur « champion » sera réélu en 2019. « Dès le premier tour ».

 

Auteur: Ibrahima Fall – Seneweb.com

About Matar Mbaye Diop

Voir aussi

LE SAES INVITE L’ETAT À CORRIGER LES ‘’MANQUEMENTS’’ NOTÉS DANS LES UNIVERSITÉS

Share this on WhatsApp Le Syndicat autonome des enseignants du supérieur (SAES) demande au gouvernement …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)